Siekdami užtikrinti efektyvesnį interneto svetainės veikimą, naudojame slapukus. Tęsdami naršymą interneto svetainėje sutinkate, kad Jūsų kompiuteryje būtų įrašomi slapukai.
Piniginuke.lt
Galerie du Vitrail « Vitražo manufaktūra »
Šventaragio sodas
Théâtre « Oskaras Koršunovas »
Théâtre « Lėlė »
Carre Bar&Lounge
RoseHip Vegan Bistro
Renaissance
Vilnius Gifts and souvenirs
PANK‘olis Avenue
Bocmanas Bar
Semper Femina
Vilnius Compass

Téléchargez gratuitement le livre « Le seigneur des vents. 7000 milles marins sur les routes de M. K. Radziwiłł lOrphelin » !

Vėjų valdovasPrince of windsWladca wiatrow

Cher lecteur,

Ce repère historique sur le sol de la place de lHôtel de ville de Vilnius immortalise le pèlerinage de Mikołaj Krzysztof Radziwiłł lOrphelin (15491616) sur la Terre sainte (15821584).

Mikołaj Krzysztof Radziwiłł était une personnalité, un mécène et un écrivain de l’État du Grand-duché de Lituanie. Le prince a été un des premiers Lituaniens à escalader les pyramides d’Égypte et décrire l’acropole de Memphis et la crue du Nil, ouvrant ainsi à la société du Grand-duché de Lituanie la route jusqu’alors très peu connue vers l’Orient.

Radziwiłł l’Orphelin a visité trois continents autour de la mer Méditerranée : l’Europe du Sud, l’Afrique du Nord et le Proche-Orient. Le voyage a été décrit dans le livre « Voyage à Jérusalem » (en latin Hierosolymitana Peregrinatio).

Première boussole de Vilnius

Première boussole de Vilnius sur la place de l’Hôtel de Vilnius. Première narration numérique reliant la capitale de la Lituanie aux plus célèbres villes. Première boussole maritime permettant de découvrir les principaux axes culturels de Vilnius sur la carte de l’Europe :

  • Nord : Vilnius – Rome – Athènes – Alexandrie
  • Ouest : Jérusalem – Malte – Barcelone – Gibraltar

Savez-vous qui est le premier voyageur lituanien qui a fait connaître largement son pays tout comme ont fait connaître leur patrie Christophe Colomb, Fernand de Magellan ou Marco Polo ?

Symbole

  • « J’ai le rêve que, très bien reconnue dans toutes les cultures, la Boussole de Vilnius devienne un nouveau point d’attraction de la culture et du tourisme de Vilnius », a déclaré le maire de Vilnius Remigijus Šimašius.

Érigée en 2017 à la mémoire de Mikołaj Krzysztof Radziwiłł l’Orphelin, la Boussole de Vilnius est un symbole unique de la ville qui a vu le jour grâce à des sponsors privés et des organisations de Vilnius. D’un côté, il s’agit d’un élément artistique de la place centrale de l’Hôtel de ville et, d’un autre côté, c’est un renvoi à un livre électrique moderne dont les pages révèlent l’histoire de la Lituanie du passé et de la Vilnius moderne.

Pourquoi la Boussole de Vilnius ?

La naissance de la Boussole de Vilnius, repère maritime, au centre de la ville de Vilnius a été initiée par VšĮ « Gold of Lithuania » qui a reconstitué le voyage historique de M. K. Radziwiłł l’Orphelin autour de la mer Méditerranée en 2009-2011. Ce voyage qui a eu lieu il y a plus de 400 ans a inspiré des navigateurs à hisser le drapeau tricolore lituanien dans 60 ports méditerranéens, et la ville de Vilnius et la Lituanie à ouvrir plus largement ses portes à l’Europe.

Le livre sur ce voyage de l’écrivain Tomas Staniulis « Le seigneur des vents. 7000 milles marins sur les routes de M. K. Radziwiłł lOrphelin » (« Versus Aureus ») a été publié en 2013. Télécharger le livre ici.

Lieu

  • « Le repère sur le sol permet non seulement de voir le sujet de l’intrigue, mais il relie aussi précisément, le lieu, la personnalité et l’idée des découvertes géographiques », a déclaré son architecte Eglė Truskauskienė.

Tradition

Dans la tradition maritime la boussole est un objet qui permet de ne pas se perdre. Ainsi, la Boussole de Vilnius est un nouveau lieu de rencontres. On peut rencontrer des amis, des connaissances, des étrangers, des touristes et des locaux. On peut se rencontrer dans le but de planifier un nouveau voyage. « Télécharger » un livre gratuit et ici, à Vilnius, pays de l’Internet le plus rapide, préparer un voyage en mer Méditerranée.

  • « En acquérant le repère maritime « Boussole de Vilnius », Vilnius fait encore un pas plus près de la mer et devient une des capitales modernes du monde, où vivent des gens libres, courageux et croyant en leurs idées », a dit l’auteur de l’idée du repère Donatas Juškus.

À propos de M. K. Radziwiłł

  • Mikołaj Krzysztof Radziwiłł dit l’Orphelin (1549-1616) est une personnalité marquante de la politique, de la diplomatie et de la culture de la République des Deux Nations, fils de Mikołaj VI Radziwiłł le Noir et de Elżbieta Szydłowiecka. Il a passé son enfance à la cour du roi Sigismond Auguste à Varsovie. Il a étudié à Tübingen et Leipzig, et voyagé en Italie, Autriche et France.
  • Militaire, gouvernant, politique. Il a participé aux campagnes en Livonie, combattu les troupes d’Ivan IV Le Terrible et participé avec l’armée de d’Étienne Báthory aux batailles près de Plock et Danzig (Gdansk). En 1590, il est nommé par le roi voïvode de Trakai, puis voïvode de Vilnius à partir de 1604.
  • Précurseur de la cartographie lituanienne. En 1613, il a financé et publié la première carte topographique précise de la Lituanie, il a participé lui-même aux mesures. La carte, publiée à Amsterdam (T. Makowski, Hollande), est devenue une base pour la plupart des futures cartes des terres lituaniennes.
  • Un mécène qui a financé la construction de châteaux, de parcs, d’églises et de monastères, fondé et soutenu des imprimeries, et édité des livres lituaniens.

 

Auteur de lidée du projet « Boussole de Vilnius » : Donatas Juškus
Auteur du projet historique « Gold of Lithuania 2009-2011 : en mémoire à lexpédition maritime de pèlerinage en Terre sainte de M. K. Radziwiłł lOrphelin ».

Écrivain du projet « Boussole de Vilnius » : Tomas Staniulis
Co-auteurs du projet historique « Gold of Lithuania 2009-2011 : en mémoire à lexpédition maritime de pèlerinage en Terre sainte de M. K. Radziwiłł lOrphelin ».

Le musée du Samuel Bak

Le Musée Samuel Bak s’installera dans la rue Naugarduko et sera une filiale du Musée national juif du Gaon de Vilnius. Ce sera le premier musée au monde consacré uniquement à l’œuvre de ce peintre.

Bak est né en 1933 à Vilnius, et il a organisa sa première exposition de dessins à peine âgé de neuf ans. Ayant survécu par miracle à la période de l’occupation nazie, il s’est retrouvé dans un camp de personnes déplacées en Allemagne, puis il a vécu en Israël et en Europe de l’Ouest. En 1993, le peintre s’est installé aux États-Unis d’Amérique, où il poursuit son chemin artistique.

Selon Samuel Bak, Vilnius occupe une place particulière dans sa vie et son œuvre.

« Ma ville natale est gravée pour l’éternité dans mon âme. Vilnius, la Jérusalem de Lituanie, était un important centre culturel juif, source de fierté des Litvaks. Le fait d’être devenu une partie de la carte culturelle de ma ville natale est extraordinairement significatif pour moi », déclare-t-il.

Bak passera une semaine à Vilnius. Il participera à l’inauguration du musée et à la cérémonie qui le fera citoyen d’honneur de Vilnius, il rencontrera des journalistes et le public, et donnera des masterclass aux étudiants en peinture. Lors de son séjour, l’artiste sera accompagné de sa femme Heidy Josee, de sa fille et de ses petits-enfants.

GUDO knitwear
Vilnius Compass

Téléchargez gratuitement le livre « Le seigneur des vents. 7000 milles marins sur les routes de M. K. Radziwiłł lOrphelin » !

Vėjų valdovasPrince of windsWladca wiatrow

Cher lecteur,

Ce repère historique sur le sol de la place de lHôtel de ville de Vilnius immortalise le pèlerinage de Mikołaj Krzysztof Radziwiłł lOrphelin (15491616) sur la Terre sainte (15821584).

Mikołaj Krzysztof Radziwiłł était une personnalité, un mécène et un écrivain de l’État du Grand-duché de Lituanie. Le prince a été un des premiers Lituaniens à escalader les pyramides d’Égypte et décrire l’acropole de Memphis et la crue du Nil, ouvrant ainsi à la société du Grand-duché de Lituanie la route jusqu’alors très peu connue vers l’Orient.

Radziwiłł l’Orphelin a visité trois continents autour de la mer Méditerranée : l’Europe du Sud, l’Afrique du Nord et le Proche-Orient. Le voyage a été décrit dans le livre « Voyage à Jérusalem » (en latin Hierosolymitana Peregrinatio).

Première boussole de Vilnius

Première boussole de Vilnius sur la place de l’Hôtel de Vilnius. Première narration numérique reliant la capitale de la Lituanie aux plus célèbres villes. Première boussole maritime permettant de découvrir les principaux axes culturels de Vilnius sur la carte de l’Europe :

  • Nord : Vilnius – Rome – Athènes – Alexandrie
  • Ouest : Jérusalem – Malte – Barcelone – Gibraltar

Savez-vous qui est le premier voyageur lituanien qui a fait connaître largement son pays tout comme ont fait connaître leur patrie Christophe Colomb, Fernand de Magellan ou Marco Polo ?

Symbole

  • « J’ai le rêve que, très bien reconnue dans toutes les cultures, la Boussole de Vilnius devienne un nouveau point d’attraction de la culture et du tourisme de Vilnius », a déclaré le maire de Vilnius Remigijus Šimašius.

Érigée en 2017 à la mémoire de Mikołaj Krzysztof Radziwiłł l’Orphelin, la Boussole de Vilnius est un symbole unique de la ville qui a vu le jour grâce à des sponsors privés et des organisations de Vilnius. D’un côté, il s’agit d’un élément artistique de la place centrale de l’Hôtel de ville et, d’un autre côté, c’est un renvoi à un livre électrique moderne dont les pages révèlent l’histoire de la Lituanie du passé et de la Vilnius moderne.

Pourquoi la Boussole de Vilnius ?

La naissance de la Boussole de Vilnius, repère maritime, au centre de la ville de Vilnius a été initiée par VšĮ « Gold of Lithuania » qui a reconstitué le voyage historique de M. K. Radziwiłł l’Orphelin autour de la mer Méditerranée en 2009-2011. Ce voyage qui a eu lieu il y a plus de 400 ans a inspiré des navigateurs à hisser le drapeau tricolore lituanien dans 60 ports méditerranéens, et la ville de Vilnius et la Lituanie à ouvrir plus largement ses portes à l’Europe.

Le livre sur ce voyage de l’écrivain Tomas Staniulis « Le seigneur des vents. 7000 milles marins sur les routes de M. K. Radziwiłł lOrphelin » (« Versus Aureus ») a été publié en 2013. Télécharger le livre ici.

Lieu

  • « Le repère sur le sol permet non seulement de voir le sujet de l’intrigue, mais il relie aussi précisément, le lieu, la personnalité et l’idée des découvertes géographiques », a déclaré son architecte Eglė Truskauskienė.

Tradition

Dans la tradition maritime la boussole est un objet qui permet de ne pas se perdre. Ainsi, la Boussole de Vilnius est un nouveau lieu de rencontres. On peut rencontrer des amis, des connaissances, des étrangers, des touristes et des locaux. On peut se rencontrer dans le but de planifier un nouveau voyage. « Télécharger » un livre gratuit et ici, à Vilnius, pays de l’Internet le plus rapide, préparer un voyage en mer Méditerranée.

  • « En acquérant le repère maritime « Boussole de Vilnius », Vilnius fait encore un pas plus près de la mer et devient une des capitales modernes du monde, où vivent des gens libres, courageux et croyant en leurs idées », a dit l’auteur de l’idée du repère Donatas Juškus.

À propos de M. K. Radziwiłł

  • Mikołaj Krzysztof Radziwiłł dit l’Orphelin (1549-1616) est une personnalité marquante de la politique, de la diplomatie et de la culture de la République des Deux Nations, fils de Mikołaj VI Radziwiłł le Noir et de Elżbieta Szydłowiecka. Il a passé son enfance à la cour du roi Sigismond Auguste à Varsovie. Il a étudié à Tübingen et Leipzig, et voyagé en Italie, Autriche et France.
  • Militaire, gouvernant, politique. Il a participé aux campagnes en Livonie, combattu les troupes d’Ivan IV Le Terrible et participé avec l’armée de d’Étienne Báthory aux batailles près de Plock et Danzig (Gdansk). En 1590, il est nommé par le roi voïvode de Trakai, puis voïvode de Vilnius à partir de 1604.
  • Précurseur de la cartographie lituanienne. En 1613, il a financé et publié la première carte topographique précise de la Lituanie, il a participé lui-même aux mesures. La carte, publiée à Amsterdam (T. Makowski, Hollande), est devenue une base pour la plupart des futures cartes des terres lituaniennes.
  • Un mécène qui a financé la construction de châteaux, de parcs, d’églises et de monastères, fondé et soutenu des imprimeries, et édité des livres lituaniens.

 

Auteur de lidée du projet « Boussole de Vilnius » : Donatas Juškus
Auteur du projet historique « Gold of Lithuania 2009-2011 : en mémoire à lexpédition maritime de pèlerinage en Terre sainte de M. K. Radziwiłł lOrphelin ».

Écrivain du projet « Boussole de Vilnius » : Tomas Staniulis
Co-auteurs du projet historique « Gold of Lithuania 2009-2011 : en mémoire à lexpédition maritime de pèlerinage en Terre sainte de M. K. Radziwiłł lOrphelin ».

Gyoza
Sluoksniai
Trinity
Amandus
Plus Plus Plus
Pienas ne vienas
Liu Patty
Love Bar
Telia Nonmuseum

HISTORY REVIVED BY TECHNOLOGY

All you need is Nonmuseum and just 15 minutes of your time to get to know Vilnius history. History does not hide behind a dusty glass here. For this once, a time travel will happen around you. Sit back and enjoy lasers and projections reviving the most iconic moments of Vilnius history: city’s triumphs and tragedies, architectural masterpieces, the most famous works of art that were created by the local artists and the most intriguing stories of our townspeople.

ALI šokoladinė Galerija
Arepera
Galerie Grafo
VR Café
Wall Street Avenue
Spiritus
12 Stories
Maghrib
Insight Out
One for All
Epernay
Džiugas House Aušros Vartų
Džiugas House Vilniaus
Roots
Illusion Rooms
Museum of Illusions

It’s fascinating. It’s fun. It’s sure to be surprising.
Basically that’s all you need to know about this fabulous museum.

Jazz Cellar
Pierres du souvenir

Les habitants et les visiteurs de Vilnius peuvent admirer sur la chaussée de la vieille ville des « Pierres du souvenir » en cuivre : c’est ainsi qu’est perpétré le souvenir de huit respectables habitants de Vilnius tués lors de l’Holocauste.

Les huit plaques du souvenir ne se trouvent pas par hasard dans les rues Rūdninkų, Vokiečių, Vilniaus, Islandijos et Vasario 16-osios, car c’est là qu’ont travaillé, étudié ou vécu des personnalités originaires de Vilnius et ayant beaucoup apporté à cette ville : de célèbres médecins, le chroniqueur du ghetto de Vilnius, les fondateurs du premier restaurant végétarien, etc.

Le projet des « Pierre du souvenir » a été présenté au 8 rue Rūdninkų, là où a étudié dans l’ancien lycée moderne juif le talentueux adolescent Icchokas Rudaševskis qui a laissé pour les générations futures un journal de la vie dans le ghetto à travers les yeux d’un adolescent. Une plaque en cuivre sur la chaussée de la rue Rūdninkų exposera l’histoire de Vilnius et les personnes qui vivaient ici.

Deux autres pierres du souvenir peuvent être trouvées au niveau du bâtiment du 14 rue Vokiečių, où Fania Lewando et son mari Lazar Lewando ont ouvert le premier restaurant végétarien en Lituanie. Fania était non seulement une excellente chef, mais aussi une pédagogue : dans son école de cuisine, cette femme apprenait à faire des plats végétariens et elle a décrit en détails ses recettes dans un livre publié en 1938 « Livre de recettes végétariennes et diététiques : 400 plats faits exclusivement à base de légumes ».

La « Pierre du souvenir » au niveau du 33 rue Vilniaus / 2 rue Islandijos perpétue le souvenir du docteur Samuelis Margolis qui vivait et accueillait les malades ici. Tout près, au 31 rue Vilniaus / 1 rue Islandijos, se trouve une dalle en mémoire du docteur Jakovas Vygodskis qui a été en 1918-1919 ministre sans portefeuille pour les affaires juives. Trois autres « Pierres du souvenir » peuvent être vues au niveau du 8 rue Vasario 16-osios / 1 rue Šermukšnių en mémoire de Lejba, Chaja et Leja de la famille Šemiavičius, tués lors de l’Holocauste.

Il s’agit d’un projet international et la Lituanie est le premier pays balte à le rejoindre. « Les « Pierres du souvenir » sont réparties dans 18 pays européens et plus de 53 000 endroits. Auteur de cette idée, l’artiste allemand Gunter Demnig a installé huit plaques à Vilnius.

Beigelistai | Old Town
GASPAR’S
Raft.lt
Paminklas Vladui Jurgučiui
NO FORKS MEXICAN GRILL
ABOUT
Le musée de l‘héritage culinaire de Lituanie

Le musée de l‘héritage culinaire de Lituanie est le premier musée de ce type en Lituanie et dans les pays voisins. Actuellement ce sont les œuvres des artistes lituaniens qui sont exposés dans ses locaux en vielle ville de Vilnius

Les visiteurs sont invités à faire connaissance de ses collections d’œuvres d‘art, des meubles et des collections de grande valeur des assiettes, des soupières, des saucières, de la vaisselle argentée et des livres de la cuisine dont la plupart date de XVIII-XX siècles.

PRIVATE LABEL parfums
Locals.lt
La galerie d’art des enfants

La galerie d’art des enfants et des jeunes de Vilnius est un nouvel espace d’action culturelle dans le panorama culturel de Vilnius et de tout le pays. Sa naissance est l’excellent résultat d’une coopération entre public et privé. La galerie n’est pas seulement un espace pour des expositions. On y trouve des spectacles théâtraux ludiques, des cours de création, des projections de film, des concerts, des événements intriguant pour toute la famille, des présentations de nouveaux livres, des anniversaires et fêtes du calendrier.

Fish SPA
Le cimetière juif

Ancien cimetière juif rue Olandų

En activité jusqu’en 1946, le cimetière juif a été détruit à l’époque soviétique et envahi par les broussailles pendant de nombreuses années. Le cimetière occupait autrefois un territoire de 11 hectares, où environ 70 000 personnes ont été inhumées pendant toute sa période d’activité. Parmi elles, se trouvent plus d’une personnalité scientifique, culturelle et publique éminente du peuple juif ayant contribué au développement de la culture juive dans la région de Vilnius.

Un monument mémorial avec des inscriptions gravées en caractères juifs a été érigé sur le territoire du cimetière juif de Vilnius. Ce monument, érigé il y a plus de dix ans, est constitué des pierres des stèles, utilisées à l’époque soviétique pour les escaliers de la colline Tauro, qui ont été démontées et rendues à ce cimetière. Environ 70 stèles en béton et leurs fragments se trouvent aussi sur le territoire du cimetière.

The Place
Blind Boutique
Foxes Burger & Lobster
Le Centre de connaissance de l’État

Le Centre de connaissance de l’État a ouvert le 10 mars 2016 au Palais présidentiel de la République de Lituanie.

Les visiteurs s’informent ici sur le territoire, la population et l’autorité souveraine de l’État lituanien. L’exposition présente aussi l’histoire de la citoyenneté, la notion de citoyenneté et ses formes actives. La devise du centre est « La liberté de comprendre et de créer », les visiteurs sont donc encouragés non seulement à s’informer sur leur État, mais aussi à participer à sa construction et s’impliquer dans le règlement des problèmes actuels.

Ces expositions permanentes sont présentées sur les trois niveaux du centre : « La liberté de connaître et d’être soi-même », « La liberté de se mettre d’accord », « La liberté de décider et d’agir », « La liberté de coopérer ». Des expositions temporaires sont aussi organisées. Une partie d’entre elles sont des œuvres d’art qui s’inscrivent de manière organique dans l’exposition et l’élargissent. « La liberté de créer » expose les œuvres des lauréats du Prix national de la culture et de l’art de Lituanie, attirant ainsi l’attention sur l’importance de la culture pour un État. Des résumés en anglais sont proposés pour les expositions permanentes et temporaires.

Des activités éducatives interactive pour les élèves sur l’État lituanien et l’implication des citoyens dans sa vie y sont régulièrement organisés. Le centre organise également des visites cognitives, des conférences, des discussions et des ateliers créatifs.

Sugamour
Beigelistai | Halės turgus
BAGEL SHOP
Distilerija
Grey
Tres Baracudos Pub
Alaus biblioteka
Dėvėti
Bukowski bar
Paviljonas
Salionas
Mojo Lounge
Thai and Khmer massage
Apoteka
Grill Cafe
The Bubbles. Champagneria
Šampanė
Jurgis ir drakonas (Pylimo)
Mood Makers
Strange love
Plus Plus Plus Gastrobaras
ZATAR falafel & hummus
Tavo Erdvė
Namai
Keistoteka
Kavos virėjai
Gyvas baras
Keulė Rūkė
Boom! Burgers
smartART WORKSHOP
Galo do Porto
Frendo
Unlabel
El Gaucho Sano

Cuisine argentine

Black Sheep
City Chef
Kulinarijos studija
Ertlio namas
Azia SPA
Galerie Shofar
Dropbyke
Vilnius gondola

Vivre des moments inoubliables en regardant Vilnius … de l’eau!

Vilnius gondola

Vivre des moments inoubliables en regardant Vilnius … de l’eau!

Le chien courant lituanien

Sculpteur: Rimantas Keturka, Feliksas Volčakas. 2015

Un garde

Sculpteur: Stanislovas Kuzma, Vytautas Navickas. 1973

Au Moyen-âge, un mur a commencé à être construit par les citadins en 1503 pour entourer Vilnius et se défendre contre les attaques des Tatares menaçants. Une des neuf portes de la ville, où se trouvaient en permanence des gardes, était au carrefour des rue Trakų et Pylimo. Au début du XXe siècle et jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale, une sculpture de St Christophe se trouvait dans cette niche.

Vilnius Talking Statues

Šarka
Butiq.lt
V2 Concept Store
Vielius
House of Naive
Mados butas
Tiulio Fėja
Yurga Jewelry
Eglės studija
Laimės džemas
Galerie Kalnas

Situé au pieds de la colline de Gediminas, non loin de la colline de Bekešas et à quelques pas du territoire de la réserve des Châteaux, le Centre des arts propose de créer et découvrir l’art dans l’atmosphère unique de la nature et de l’histoire de la ville.

Ryga
Šturmų švyturys

La Storia
Galerie Menų tiltas

La galerie « Menų tiltas » à Užupis, près de l’ange d’Užupis, a commencé son activité en mars 2012. L’orientation prioritaire de l’activité de la galerie est la présentation des œuvres des artistes lituaniens de l’étranger des XXe-XXIe siècles.

Franki vyninė

Exit Room
Crazy Mind escape room
Nidos kopos
Le Grand ghetto

Le Grand ghetto de Vilnius a existé du 6 septembre 1941 au 23 septembre 1943 (rues Lydos, Rūdninkų, Mėsinių, Ašmenos, Žemaitijos, Dysnos, Šiaulių, Ligoninės). Dans le Grand ghetto se trouvaient environ 29 000 juifs, dont une grande partie a été tué à Paneriai.

Le N° 28 de la rue Rūdninkų est l’emplacement de la porte principal du Grand ghetto, signalé par une plaque commémorative avec le plan du ghetto. Le quartier centre les rues Ašmenos, Dysnos et Mėsinių est le premier quartier du Vilnius historique reconstruit, là se trouve le Centre culturel et d’information juif. La rue Žemaitijos a porté le nom entre 1921 et 1951 de M. Strašūn. La bibliothèque judaïque la plus grande en Europe (1892) a été rassemblée par Matitjach Strašūn. La bibliothèque a été détruite en même temps que la Grande synagogue. Après le rétablissement de l’indépendance de la Lituanie, le jour de la liquidation du Grand ghetto de Vilnius (23 septembre) a été proclamé Journée du génocide juif.

La maison M. K. Čiurlionis

La maison M. K. Čiurlionis est un lieu commémoratif, un bâtiment historique dans la vieille ville de Vilnius, où a vécu et créé en 1907-1908 le compositeur et peintre lituanien M. K. Čiurlionis. En plus de la chambre de Čiurlionis, il y a dans le musée un espace pour les expositions temporaires et une petite salle où ont lieu des concerts de musique et des événements.

La maison M. K. Čiurlionis est également un centre d’information, où est rassemblée la grande majorité des publications sur l’œuvre de M. K. Čiurlionis.

Galerie Kunstkamera

La galerie « Kunstkamera » est un nouvel espace pour les anciennes œuvres d’art, certifiées par le temps. L’orientation de l’activité de la galerie est le travail avec les collectionneurs, la présentation de collections, des expositions d’artistes sont rarement organisées. Dans la galerie, il est possible d’acquérir non seulement des œuvres d’art, mais aussi des publications sur ce domaine.

Namaste India
Boutique Privilege
Dirty Duck
Du karaliai

VilniusCity Card -10%

Galerie Ambergift

Vilnius City Card -10%

Sweet Root
Le Butcher
TADAM! Design
Le clocher de la cathédrale de Vilnius

Le clocher est un élément particulièrement important de l’archi-cathédrale basilique de Vilnius ainsi que des châteaux Inférieur et Supérieur, un des éléments verticaux de la vieille ville de Vilnius et devenu le symbole de la ville. Au XIIIe siècle, la tour faisait partie des remparts. Presque tout le premier niveau de l’ancienne tour s’est conservé jusqu’à aujourd’hui. Au XVIe siècle, la tour défensive est devenue le clocher de la cathédrale, et elle a acquis son apparence actuelle au début du XIXe siècle. La hauteur du clocher de la cathédrale atteint 52 mètres et 57 mètres avec la croix.

Un magnifique panorama s’ouvre depuis le clocher, une des plus anciennes et des plus hautes tours de la vieille ville. Les habitants et les visiteurs de Vilnius pourront voir l’exposition de cloches, l’ancienne horloge de la ville ainsi que des reconstitutions du clocher historique et de la cathédrale. Les pièces d’observation, aménagées au dernier niveau du clocher, permettront aux visiteurs de prendre connaissance du panorama de la ville et de célèbres monuments architecturaux.

Le Musée du patrimoine ecclésiastique organisera dans le clocher des visites, des programmes éducatifs et des événements. Le clocher sera ouvert au public les jours ouvrables et les samedis entre 10h00 et 19h00 entre mai et septembre, et une heure de moins pendant la saison froide.

Yucatan
Wrong Room

Niño
The Old Green House
Uzbekistanas
La Boutique

Šapokliak Salonas

De’Žavu Ignoto

De’Žavu Savičiaus

Adatytė
Pomada

Pudrinė

Moustache Boutique

LeMuse

Baltas Miškas
Le clocher de la cathédrale de Vilnius

Un magnifique panorama s’ouvre depuis le clocher, une des plus anciennes et des plus hautes tours de la vieille ville. Les habitants et les visiteurs de Vilnius pourront voir l’exposition de cloches, l’ancienne horloge de la ville ainsi que des reconstitutions du clocher historique et de la cathédrale. Les pièces d’observation, aménagées au dernier niveau du clocher, permettront aux visiteurs de prendre connaissance du panorama de la ville et de célèbres monuments architecturaux. La hauteur du clocher de la cathédrale atteint 52 mètres et 57 mètres avec la croix.

Le Musée du patrimoine ecclésiastique organisera dans le clocher des visites, des programmes éducatifs et des événements. Le clocher sera ouvert au public les jours ouvrables et les samedis entre 10h00 et 19h00 entre mai et septembre, et une heure de moins pendant la saison froide.

Galerie Titanikas
La Fondation anonyme des balançoires

La Fondation anonyme des balançoires est un projet/initiative original, bénévole, social, urbanistique et culturel : fabriquer et accrocher de manière anonyme des balançoires à différents endroits de Lituanie. Toutes les nouveautés peuvent être trouvées sur la page Facebook officielle.

L’état de toute nouvelle balançoire et des balançoires existantes est indiqué sur une carte en permanence mise à jour. Balancez-vous de manière responsable !


Žiūrėti anoniminis[sūpynių]fondas didesniame žemėlapyje

Plan de Vilnius
Linen Tales
Mojito Naktys
Dublis
Alchemikas
Vėjai
Universiteto Pub
Alynas
Vanille Lounge
Vanille Lounge
Sofa de Pancho
Stiklių Aludė
Magasin LINO KAMBARYS

Vilnius City Card -10%

Aušros Vartų g. 3
Pilies g. 16

Qpolo
Užupio kavinė
Bel Ami
Café Montmartre
Soya
Soya
Jonas Bugailiškis Art Studio
De scooter Louer Riedėk be pedalų
Rojaus arka
LT identity
Felicie
Glory Bar by Stikliai
King & Mouse
La Birra
Portobello
Špunka
Who Hit John
Pinavija
Cafe Chaika
Le Salon Bar and Lounge
Telegrafas
Kempinski The Spa
Le ventre du succès

Le bas-relief en bronze de 40 centimètres, crée par Romas Kvinta est visible sur le mur de l’hôtel « Novotel » et du centre d’affaires (la rue Vilnius, 10).

La sculpture a été dévoilée au mois de juin en 2013 et de ce moment-là elle est appelée le « ventre du succès », parce que l’on croit que les gens actifs et entreprenants, après avoir la carressée, peuvent espérer le succès.

CycloCity

Vilnius City Card – Free Registration

Oranziniai dviraciaiLes 37 stations de location répartis dans la ville assurent une utilisation simple et la plus appropriée des vélos. Situés non loin les uns des autres, les stations ont au moins 9 emplacements afin qu’il soit très pratique d’utiliser le service de location de vélos de la ville de Vilnius « Cyclocity Vilnius ».

« Cyclocity Vilnius » fonctionne 24h/24 et tous les jours de la semaine. Ce système de location de vélos peut être utilisé par toute personne de plus de 14 ans. Les 37 stations qui possèdent environ 300 vélos permettront de se promener dans le centre-ville, d’aller au travail ou chez soi et de passer magnifiquement son temps libre dans la ville de Vilnius.

Toutes les stations sont adaptées aux utilisateurs de la carte de location longue durée « Cyclocity Vilnius », de la carte du Vilnois et du billet pour 3 jours. La carte de membre permet d’utiliser les services à chaque station. Plus d’informations : www.cyclocity.lt. Il est également possible de louer un vélo avec la carte de touriste « Vilnius City Card ».

À savoir pour les cyclistes :

En journée, les cyclistes ont l’obligation pour rouler sur la chaussée de revêtir un gilet de couleur vive avec des éléments réfléchissant la lumière ou bien ils doivent avoir à l’avant du vélo un phare blanc et un phare rouge à l’arrière du vélo.

Coût du service

première demi-heure : gratuit

deuxième demi-heure : 0.39 Eur

troisième demi-heure : 1.39 Eur

prochaine demi-heure : 3.39 Eur

Cyclocity Vilnius map (PDF)

Le musée du Vytautas Kasiulis

En juin 2013, le musée du peintre d‘origine lituanienne Vytautas Kasiulis, qui a créé à Paris au XX siècle, a été installé à proximité du théâtre national de l‘Opéra et du Ballet de Lituanie. 4 millions Litas des fonds structurels de l‘UE seront attribués à l‘aménagement du musée.

La collection se forme de 950 œuvres les plus importants, offerts à la Lituanie en 2010. À côté de l‘exposition permanente, l‘ambiance de l‘atelier parisien de l‘artiste est présentée au musée. La collection est offerte à la Lituanie par la veuve du peintre.

Vytautas Kasiulis (1918–1995) est un des artistes lituaniens reconnu dans l‘espace artistique mondiale. Les Musées de l‘Art Moderne à Paris et New York, les galéries d‘art et les collectionneurs de la France, des États Unis, du Canada, de la Grande Bretagne, de la Suède , du Danemark, de la Suisse, de l‘Allemagne, de l‘Argentine, de l‘Australie et d‘autres pays tiennent encore les œuvres de ce peintre. Vytautas Kasiulis mérite d‘être nommé par des critiques d‘art un des plus intéressants peintres de l‘École de Paris de la seconde moitié du XX siècle.

Les premiers œuvres du peintre – d‘habitude ce sont des tableaux aux scènes quotidiennes- sont réalistes, psichologiques, aux éléments d‘humour et aux couleurs assez sombres. Dans les œuvres ultérieures, on peut ressentir l‘influence de Paris: les tableux deviennent modernes auxquels le lyrisme, l‘aspect décoratif, des couleurs claires intensives, l‘improvisation sont caractéristiques.

Jours fériés nationaux en Lituanie

Leičiai
Old Crafts Workshop

Vilnius City Card -5%

Vilnius Old Town – UNESCO World Heritage

1 hour lecture and 2 hours walking tour. Outstanding universal world heritage value of Vilnius historic centre will be presented including urban development history, architectural styles and the implementation of renewal projects.

Number of participants – up to 20 persons.
Price – 95 EUr

The organiser – Vilnius Old Town Renewal Agency, tel. +370 5 262 9646, +370 5 212 7723.

Bike Tours & Rent Velo-City

Vilnius City Card -20%

Des visites régulières quotidiennes à 11h00

Vegafe
Kas Kas
Musée des Jouets

Vers la mi-novembre, le premier musée des Jouets lituanien ouvrira sa porte dans la vieille ville de Vilnius, à proximité de la Cathédrale, au numéro 7/2, rue B. Radvilaitės. On a prévu de diviser son espace en parties archéologique, etnographique, destiné aux jouets des 19-e et 20-e siècles, alors que la troisième présentera des jouets contemporains. La collection est composée des jouets originaux et de leurs copies. C‘est aux copies qu‘on prêtera l‘attention particulière, car elles donneront l‘occasion de mettre en pratique l‘idée principale du musée: toucher-prendre-connaître.

Jours fériés nationaux en Lituanie

Sauluva
Sauluva
Galerie Pilies

Dans un bâtiment gothique du XVIe siècle de la rue Pilies, Vilnius, s’est installée la présentation de l’art professionnel et des artistes : la galerie Pilies. Dans des locaux authentiques, vous pouvez voir et acquérir les œuvres des artistes lituaniens les plus connus à prix d’auteur.

La flamme de l‘espoir

Sculpteur: Leonardo Nierman. 2000

Promotrice et mécène de la réalisation du monument: Sulamita „Shelly“ Rybak Pearson; Présidente de International Foundation for the Arts.

Le monument, destiné à honorer la mémoire de plus de 90% de juifs, vécus en Lituanie et assassinés pendant le holocauste, a été érigé à l‘an 2000, dans l‘ancienne cour Judenratas, en l‘espérence que de tels crimes affreux contre l‘humanité ne seront jamais répétées.

Mamma Mia!
Baltic Souvenir Pilies
Baltic Souvenir Didžioji
Baltic Souvenir Aušros Vartų
Lininis ir medinis
Galerie Terra recognita

« Terra recognita » est la galerie des œuvres de Saulius Vaitiekūnas, artiste avec sa propre touche, et donc facilement reconnaissable, tout en restant parfaitement imprévisible. Des formes d’expression totalement différentes s’accordent, semble-t-il, de manière indissociable dans son œuvre : petite plastique en pierre en métal, joaillerie, sculptures monumentales et installations conceptuelles.

Akuku
Vilnos namai

Vilnius City Card -5%

Suvenyrai
Gintraka Pilies 23
Gintraka Pilies 32
Amber Shop
Vieta
Raw42
Rhum Room
Crazy Bull
Meat Lovers Pub
Imperial
Notre Vie
Autres cuisines
Žuvinė
Beata Amber
Sauluva
Mano Lietuviški Namai
Aukso Avis
Tymo turgus
Astorija Brasserie
Kitchen
Fiorentino
Lino Namai – Universiteto
Lino Namai – Vilniaus

Lino Namai – Pilies
Gintraka Aušros Vartų
Gintaro muziejus-galerija
AV17 Gallery
Gintaro skulptūrų muziejus „Amber“
Lino ir gintaro studija

Linas nordic
Halės turgus

MintVinetu
Katalikų pasaulis
Vaga Pilies knygynas
Vaga GO9
Draugystė
Prancūziškos knygos

Rotas Trakų
Rotas
Humanitas
Kalbos
Akademinė knyga
Totorių gatvės antikvariatas

Sancta

Antiques Shop

Edmondo antikvariatas
Antiquarius
Latako gatvės antikvariatas

Vilniaus antikvaro centras
Dominikonų gatvės antikvariatas
Centro pasažas
Zoraza
Serge Gandzumian Fashion House

Ramunė Piekautaitė Boutique
Julija Janus Concept
Lituaniennes de conception
Centres commerciaux
La synagogue chorale de Vilnius

La synagogue (architecte David Rozenhauz) a été inaugurée en septembre 1903 pendant la fête du Nouvel An juif. Le bâtiment est de style mauresque, la partie des femmes et les locaux de la chorale se trouvent au premier étage. Il s’agit du seul lieu de culte juif qui soit resté ouverte après la Seconde Guerre mondiale sur les plus de 100 synagogues en activité à Vilnius avant la guerre. Certains cantors les plus célèbres sont originaires de Vilnius. Des prières ont lieu tous les jours à la synagogue et on y prie selon les traditions misnagdim.

Prières dans la synagogue:

I–V 8.30-9.30, 16.00
VI 10.00 – 12.30
VII 9.00 – 11.30, 16.00

Tamsta Club

Vilnius City Card -10%

 

Manufacture – galérie Jūratė

Vilnius City Card -10%

 

Amber world

Vilnius City Card -10%

 

Sixt
Autobanga
BIX baras
Tour du château de Gediminas

Les visiteurs aiment particulièrement cette tour, car ils peuvent admirer de son sommet un magnifique panorama de la vieille ville et du centre. On trouve dans la tour des reconstitutions des maquettes des châteaux de Vilnius de la seconde moitié du XIVe et du début du XVIIe siècle, des armes et des illustrations iconographiques du vieux Vilnius.

Il est possible d’atteindre le sommet de la colline de Gediminas à partir de la cour intérieure du musée (côté rue Arsenalo) ou bien de prendre le sentier pavé qui part du square « Šventaragio ». (Le funiculaire parcourt les 71 mètres jusqu’à la colline en 35 secondes.)

Horaires du funiculaire : avril-octobre : du lundi au dimanche I–VII 10.00-20.30., octobre-mars : du lundi au dimanche 110.00-19.30. Prix (dans les deux sens) : 5 Eur, gratuit pour les enfants de moins de 7 ans, et les personnes handicapées.

Jours fériés nationaux en Lituanie

Cocainn
Cozy
Grill London
Berlin
Salento DiscoPub
Pabo Latino
Opium
Brodvėjus
ŠMC
Piano Man
Misterija bar
Gringo
Bix
Coco
California Tapas & Wine
Burbulio vyninė
Casa No. 4
Saint Germain
La Boheme
In Vino
Šnekutis

Vilnius City Card -10%

Polocko g. 7A
Šv. Mikalojaus g. 15
Šv. Stepono g. 8

Vingriai
7 Fridays
Artistai
Bambalynė
Šnekutis

Vilnius City Card -10%

Polocko g. 7A
Šv. Mikalojaus g. 15
Šv. Stepono g. 8

Šnekutis

Vilnius City Card -10%

Šv. Mikalojaus g. 15
Šv. Stepono g. 8

Būsi trečias
Craft & Draft
René
Keisti ženklai
Wok to Walk
Markus ir Ko
Prie angelo
Senoji kibininė
Vero Cafe
Pink Milk Shake
Vero Cafe
Pilies kepyklėlė
Itališka kepykla
Coffee Inn
Coffee Inn
Coffee Inn
Coffee Inn
Coffee Inn
Ponių laimė
Bijola

D’oro kavinukė
Amatininkų užeiga
Gusto blyninė
Gusto blyninė

Vilnius City Card -15%

Roast & Beer Pub
Bistro 18
Marché de Provence
Bokšto vartai
L’Hôtel de ville de Vilnius
Bernardinų kortai
Užupio picerija
Pomodoro
Pica Jazz
Čili pica
Čili pica
Belgai
Can Can
Pizzerias
Pasaka
Philharmonie nationale de Lituanie
Salle de concert « White Piano Hall »
Palais des Congrès

Vilnius City Card -15%

Église Ste Catherine
« Menų spaustuvė » (Imprimerie des arts)

Vilnius City Card -20%

Théâtre de la Jeunesse
SuperSegway
Sugihara Beauty Institute

Vegafé
Botanique
Balti drambliai
Cuisine végétarienne
Briusly
Cuisine asiatique
Čagino restoranas
Cuisine russe
Trys klevai
Cuisine chinoise
California Tapas & Wine
Cuisine espagnole
Sue’s Indian Raja
Spyros Metaxa
St. Valentino
Sorrentino
Da Antonio
ekoTako Mexican Grill & Cocktail Bar
Stikliai
La Provence
Balzac
Bunte Gans
Blue Lotus
Saint Germain
Rene
Craft & Draft
Medininkai
Mano guru
Lokys Steak House
La Pergola
La Boheme
Ida Basar
Zoe‘s Bar & Grill
Wall Street Avenue
Užupio klasika
Artistai
Mykolo 4
Cozy
Statue de Lamplighter

Sculpteur: Vytautas Nalivaika. 1986

Vilnius Talking Statues

La statue de A. Pouchkine et A. Hanibal

Sculpteur: Vytautas Nalivaika. 2011

Monument au poète, romantique et père de la littérature moderne russe Alexandre Pouchkine (1799-1837) et son arrière-grand-père l’ingénieur militaire russe Abraham Hanibal (1696/1697-1781).

La statue de Lazdynų Pelėda

Sculpteur: Daliutė Ona Matulaitė. 1995

Cette sculpture est consacrée aux sœurs écrivaines Sofija Ivanauskaitė-Pšibiliauskienė (1867-1926) et Marija Ivanauskaitė-Lastauskienė (1872-1957) qui écrivaient sous le même pseudonyme de Lazdynų pelėda (Chouette de Lazdinai).

Statue de Saint Christophe

Sculpteur: Antanas Kmieliauskas. 1959

Saint Christophe, en langue grecque, veut dire « porteur de Christ ». D’après les légendes, il vivait au III s. Les légendes racontent que Saint Christophe a été condamné par l’empereur Dèce pour la diffusion du christianisme en Lykia et est mort en martyr. Par la grâce baptismale, il a reçu Christ, par le pouvoir de cette grâce, Saint Christophe lui resta fidèle, bien qu’il dut sacrifier sa propre vie à cette cause.

Selon la Légende d’or, Christophe désirait servir le Seigneur et le cherchait partout. Un jour, un saint ermite lui dit qu’il pouvait servir Christ en portant des voyageurs en leur faisant traverser un torrent, en crue, alors peut être Christ lui apparaîtra. Christophe le fit. Une nuit il fut réveillé par un petit enfant qui le priait de lui faire traverser la rivière. Christophe le posa sur ses épaules et commença à traverser la rivière. Une tempête arriva, l’enfant devenait de plus en plus lourd, ils eurent beaucoup de mal à ne pas être noyés. Après avoir traversé Christophe mit l’enfant à terre et lui demanda qui il était. L’enfant répondit qu’il était Christ qui porte les peines du monde.

Dans le folklore lituanien Saint Christophe est dépeint traversant l’eau à gué, en s’appuyant sur un bâton et portant sur ses épaules l’enfant Jésus qui bénit d’une main et tient le globe terrestre dans l’autre.

La statue de Général Žemaitis

Sculpteur: Gintautas Lukošaitis. 1992

En face du ministère de la Défense, il y a le buste de Jonas Žemaitis, général de la résistance des partisans et souvent appelé le «quatrième Président ».

La statue de Kristijonas Donelaitis

Sculpteur: Konstantinas Bogdanas. 1964

Kristijonas Donelaitis est un pasteur évangélique luthérien du XVIIIe siècle et le père de la littérature lituanienne.

Vilnius Talking Statues

La statue de Barbora Radvilaitė

Sculpteur: Vladas Vildžiūnas. 1982

Barbora Radvilaitė (1520-1551) est une noble lituanienne qui a épousé contre la volonté de la reine Bona Sforca son bien-aimé Zygmunt August, souverain du Grand-Duché de Lituanie et de Pologne. En Lituanie, leur amour est souvent comparé à l’histoire de Roméo et Juliette.

Vilnius Talking Statues

Statue de la Chroniqueur

Sculpteur:  Vaclovas Krutinis. 1973

Cette petite sculpture immortalise l’humaniste, intellectuel et père de l’impression dans le Grand-Duché de Lituanie Francysk Skaryna et l’imprimerie des Momoničius.

La statue de Œuf de Pâques

Sculpteur: Romas Vilčiauskas. 2003

En 2003, un œuf en plâtre de 300 kg, surélevé sur une colonne de granite est devenu grâce à laide de l’artiste et styliste Lijana Turskytė un œuf de Pâques qui apporte le printemps à la capitale et au regard des passants ravis. Aujourd’hui, l’œuf de Pâques symbolise la reconstruction et la renaissance de ce quartier de la vieille ville.

La statue du Roi Mindaugas

Sculpteur: Regimantas Midvikis. 2003

En commémoration du 750e anniversaire du couronnement de Mindaugas, une statue du Roi Mindaugas a été dévoilée le juillet 2003. aillé dans le granite, le roi de 3,5 mètres de haut est eprésenté assis sur le trône et tenant les insignes royaux : le sceptre et une boule avec une croix. Le socle de la statue est ceint par un cadran solaire, sur lequel sont mentionnées les fêtes païennes et chrétiennes les plus importantes.

Centre d’art de l’ambre de la Baltique

Vilnius City Card -10%

Installé dans une belle rue de la vieille ville, les caves authentiques du Centre d’art de l’ambre de la Baltique permettent de voir les strates culturelles du vieux Vilnius, sentir l’esprit païen de nos ancêtres dans le temple des vieux Baltes. Le personnel cordial et serviable de la galerie, les expositions d’œuvres artistiques et les ouvrages en joaillerie uniques laissent nos visiteurs charmés par l’or le plus précieux de la Lituanie : l’ambre.

Centre des arts visuels Jonas Mekas

Centre culturel multifonctionnel, où sont conservés et présentés les œuvres de Jurgis Mačiūnas, de Jonas Mekas, d’artistes FLUXUS ainsi que des artistes d’aujourd’hui qui travaillent dans le cinéma, la vidéo, l’art informatique et les genres mixtes.

Centre d’art contemporain

Le Centre d’art contemporain (CAC) est le plus grand centre d’art des pays baltes. On y organise des rétrospectives d’artistes locaux et internationaux connus, mais l’aspect le plus important du CAC est la présentation des tendances les plus récentes de l’art international. Chaque année, environ 60 000 personnes visitent les événements du CAC.

Galerie Artifex

« Artifex » est la galerie textile de l’Académie des beaux-arts de Vilnius, où il est possible de voir les nouvelles tendances de l’art textile, des exemples de design textile et des œuvres des artistes.

Galerie-musée de l’ambre

Dans cette galérie – musée d‘ambre jaune, une collection unique des inclus est exoposée ainse que le déroulement de la formation de l‘ambre jaune baltique est présenté d‘une manière contemporaine et attrayante. Un artiste professionnel montre le processus de traitement de l‘ambre jaune. Les visiteurs sont informés sur les qualités les plus importantes de l‘ambre jaune et son rôle dans les cérémonies anciennes des païennes.

Galerie Meno niša

Dans la galerie « Meno niša » (Niche de l’art) est exposé de l’art contemporain professionnel et on y organise des projets artistiques internationaux en coopération avec des galeries, institutions culturelles et artistes étrangers. Des artistes déjà reconnus présentent leurs expositions à « Meno niša », la galerie est aussi ouverte aux jeunes artistes talentueux et à leurs projets.

Galerie d’Art nationale

La GAN est un centre artistique et culturel multifonctionnel qui aspire à un dialogue avec la société. Les spectateurs regardent l’exposition permanente (qui présente la peinture, la sculpture, le graphisme, la photographie, les objets, les installations et l’art vidéo modernes et contemporains de la Lituanie des XXe-XXIe siècles) et des expositions temporaires, ils participent à des manifestations culturelles, des conférences et des programmes éducatifs. On y trouve aussi les archives les plus importantes en Lituanie sur les artistes lituaniens des XXe et XXIe siècles ainsi qu’une bibliothèque et salle de lecture.

Jours fériés nationaux en Lituanie

Galerie de Peinture de Vilnius

La galerie se trouve dans le somptueux palais des comtes Chodkiewicz qui se distingue par un intérieur impressionnant du classicisme tardif. Unique au monde, l’exposition permanente de cette galerie permet de connaître de manière cohérente et complète l’évolution de la peinture lituanienne du XVIe au début du XXe siècle. La collection d’œuvres des peintres de l’école de Vilnius des XVIIIe–XIXe a une valeur toute particulière. La galerie organise en permanence diverses expositions, soirées culturelles et concerts de musique classique.

Jours fériés nationaux en Lituanie

Maison-musée de Kazys Varnelis

Dans la maison (33 pièces) du célèbre peintre de la diaspora lituanienne, vitrailliste et virtuose de l’art moderne (minimalisme, art optique, nouveau matérialisme) sont exposées diverses collections de grande valeur : graphisme ancien, peinture, sculpture, meubles Renaissance et d’époques plus tardives, art oriental, cartes et abstractions de K. Varnelis lui-même.

Jours fériés nationaux en Lituanie

Musée de la monnaie

Le musée a commencé son activité il y a 16 ans, et il a ouvert ses portes fin 2010 au carrefour de l’avenue Gedimino et de la rue Totorių. Là, dans cinq salles sur deux niveaux, les visiteurs peuvent faire connaissance avec l’histoire mondial de la monnaie et de la banque, la monnaie lituanienne, l’évolution du système bancaire dans notre pays de l’apparition des premiers établissements de crédit à nos jours. Il y a de multiple instruments éducatifs, films thématiques et jeux dans les expositions.

Jours fériés nationaux en Lituanie

Cuisine italienne
Cuisine japonaise
Cuisine mexicaine
Cuisine française
Cuisine allemande
Cuisine européenne
Forto dvaras

Vilnius City Card -10%

Gabi
Lokys
Musée national de Lituanie, Nouvel arsenal

L’histoire de la Lituanie se reflète dans les objets authentiques de l’exposition du musée, on y présente aussi la culture traditionnelle et les coutumes lituaniennes. Non loin se trouve l’Ancien arsenal. Un funiculaire part de la cour fermée de ce musée sur la colline de Gediminas.

Près du musée, il y a la statue de Mindaugas. Mindaugas est le premier grand-duc de toute la Lituanie ainsi que le premier et le seul roi lituanien. Il a été couronné en 253. Mindaugas a réuni les terres lituaniennes dans un État unifié et il a gagné une reconnaissance internationale pour la Lituanie.

La statue du roi Mindaugas en face du Musée national de Lituanie a été dévoilée le 6 juillet 2003 pour la commémoration du 750e anniversaire du couronnement de Mindaugas. L’auteur est le sculpteur Regimantas Midvikis. Le socle de la statue est entouré de symboles de l’ancien calendrier balte qui se retrouvent aussi dans les anciens écrits.

Jours fériés nationaux en Lituanie

Statue de Taras Chevtchenko

Sculpteur: Vitalijus Andrijanovas. 2011

Statue de Taras Hryhorovytch Chevtchenko (1816-1861). Il s’agit d’un écrivain, poète, peintre et inspirateur du mouvement national ukrainien.

Vilnius Talking Statues

Galérie – atelier ouverte de la céramique „Amatų gildija“
Musée des sculptures en ambre jaune „Amber“
Galérie d‘art „Aukso avis“
Galérie Vilnensis galerija
Galérie – musée d‘ambre jaune
Galérie de la corporation des orfèvres „Meno niša“
Sauluva
Galérie – musée de forgeage de Užupis
Galerie du Vitrail « Vitražo manufaktūra »
Vilniaus puodžių cechas
L’église orthodoxe du Saint Esprit

C’est la plus importante église orthodoxe de Lituanie. Les deux monastères, pour les religieux et les religieuses, situés à côté de l’église, sont les seuls monastères orthodoxes en fonction en Lituanie.

Le privilège d’élever l’église orthodoxe du Saint Esprit en maçonnerie fut accordé par le roi polono-lituanien Ladislas Vasa.

L’intérieur de l’église est décoré de moulures et de sculptures en stuc ce qui n’est pas habituel dans les églises orthodoxes des autres pays. D’ailleurs, le stuc est une composition de haute qualité de plâtre et de marbre, le plus souvent de couleur blanche ou jaunâtre. Au milieu de l’église, reposent dans un magnifique reliquaire les restes de trois saints orthodoxes : Antoine, Eustache et Jean.

L’église orthodoxe du Saint Esprit est le seul temple orthodoxe en Lituanie construit selon le plan en croix latine de l’église baroque. À la fin du XVIe siècle, à côté de l’église se trouvaient déjà un monastère, une école et une imprimerie. Au XVIIIe siècle, le monastère du Saint Esprit n’a pas échappé aux plus grands malheurs tombés sur la ville : la Grande guerre du Nord et la peste, les incendies, le soulèvement de Kosciusko, puis plus tard l’invasion française. En 1749, l’église a complètement brûlé. Elle fut reconstruite par Jean-Christophe Glaubitz, un des plus célèbres architectes baroque de Lituanie. L’église fut reconstruite une nouvelle fois au XIXe siècle.

L’église de la Sainte Trinité et le monastère basilien

Une prison a été aménagée au XIXe siècle dans le bâtiment Sud du monastère : un phénomène fréquent à Vilnius sous autorité tsariste. En 1823-1824, on y a emprisonné des philomates et des philarètes (organisations secrètes de résistance au tsarisme), dont le poète A. Mickiewicz. Le poète a décrit son lieu de détention dans « Le Jour des morts ». Aujourd’hui, l’endroit est mentionné comme « La cellule de Konrad », des plaques emmurées en témoignent. Les participants à l’insurrection polono-lituanienne de 1830-1831 contre le tsarisme ont aussi été enfermés dans le monastère.

L’église orthodoxe St Michel

En 1514, le grand hetman du Grand-duché de Lituanie Konstantin Ostrogiszki a construit ce sanctuaire. L’église orthodoxe gothique a brûlé au XVIIIe siècle, c’est pourquoi elle a été restaurée en style baroque tardif. Plus tard, l’église a été refaite en style russe byzantin. Malgré les modifications, de nombreux détails gothiques se sont conservés sur la façade et à l’intérieur.

L’église orthodoxe St Parascève

Une église orthodoxe a été construite à la fin du XVIe siècle à l’emplacement de la première église en bois qui avait brûlé. En 1611, l’église et l’hospice sont revenus aux uniates (de foi orthodoxe mais qui reconnaissent la supériorité sur pape sur les chrétiens). Ces derniers n’ont pas entretenu les bâtiments. Il est affirmé dans les sources historiques qu’une auberge se trouvait dans l’église orthodoxe et une maison close dans l’hospice. Le tsar Pierre Ier a particulièrement honoré le sanctuaire rétabli au XVIIIe siècle, lors d’une visite il lui a offert les drapeaux pris aux Suédois pendant la Guerre nordique. La légende raconte que le tsar en personne aurait baptisé un ancêtre du poète Pouchkine, descendant d’Hannibal l’Africain (plaque en marbre). En 1864, l’église en ruine a été reconstruite en style néo-byzantin (architecte N. Tchiagin).

L’église évangéliste luthérienne

Située à côté de la rue Vokiečių, la première église évangéliste luthérienne (kirch) a été construite au milieu du XVI. Il s’agissait de la dominante sacrée de la partie allemande de la ville. Elle a été érigée à l’initiative du chancelier lituanien Michal Radziwill le Noir. La kirch a reçu son apparence actuelle grâce à l’architecte Johan Christoph Glaubitz, qui a aussi fait l’autel de l’église. Ce sont surtout des évangélistes allemands qui vivaient dans les maisons environnantes. Elle a été rendue aux fidèles en 1993.

L’église orthodoxe de la Vierge Mère de Dieu

Il y a six siècles, l’église orthodoxe de la Vierge Mère de Dieu devint un sobor (basilique), le plus important sanctuaire des orthodoxes de Lituanie.

L’Église orthodoxe de la Vierge Mère de Dieu aurait été construite par Juliane, femme du grand-duc lituanien Algirdas et mère de Jagellon.

Une légende dit qu’une première église aurait été érigée à cet emplacement par le grand-duc Algirdas vers 1346. Les plus vieux murs de l’église datent du XVe siècle.Au XVIe siècle, l’église orthodoxe fut complètement reconstruite par le prince Constantin Ostrogski.

En 1609, l’église fut transmise aux uniates, chrétiens de rite oriental ayant fait une union avec l’Église catholique de Rome. Au cours des siècles, l’église fut très délaissée. Il y a deux siècles, elle fut confiée à l’Université de Vilnius. Une bibliothèque, des salles d’études, un musée et un cabinet d’anatomie, où se faisaient les dissections, furent aménagés dans l’ancienne église. Le bâtiment reçut son aspect actuel suite à une reconstruction au milieu du XIXe siècle, lorsqu’il fut rendu aux orthodoxes.

L’église des évangélistes réformateurs de Vilnius

Cette église des évangélistes réformateurs a été bâtie en 1830-1835 (auteur et architecte K. Podczaszinski). Hélas, les trois sculptures de Kazimier Jelski qui se trouvaient sur le fronton ont été détruites. Les plaques scellées à l’intérieur rappellent les calvinistes lituaniens célèbres. Face à la maison de prières, de l’autre côté de la rue, se trouve l’ex-ancien cimetière des réformateurs évangélistes.

Galerie Akademija

La galerie « Akademija » appartient à l’Académie des beaux-arts de Vilnius. Elle expose les premiers travaux des étudiants de l’Académie ainsi que les œuvres des enseignants et des professeurs. Dans la boutique d’art de la galerie, il est possible d’acquérir de petites œuvres de peinture graphique, sculpture et céramique, ainsi que des cartes postales et des publications d’art de la maison d’édition de l’Académie des beaux-arts de Vilnius.

Galerie d’Anastazija et Antanas Tamošaitis « Židinys » (Foyer)

La galerie a été créée par le patriarche du textile, collecteur et promoteur des arts populaires Antanas Tamošaitis qui a décidé d’offrir à la Lituanie sa précieuse bibliothèque ainsi que des œuvres d’art populaire, rassemblées dans les années 20 et 30 du XXe siècle, ses œuvres personnelles et celles de sa femme Anastazija Tamošaitienė. Dans la galerie sont conservés des collections de tissus, ceintures et vêtements folkloriques lituaniens des XIXe-première moitié du XXe siècles, des tapis créés par les artistes eux-mêmes, des tapisseries, des peintures et des œuvres graphiques, réunis par A. Tamošaitis dans les années 20 et 30 du XXe siècle. La galerie possède une bibliothèque estimable de publications d’art.

Galerie Arka

La galerie « Arka » est l’une des quatre galeries de l’Union des artistes de Lituanie ouvertes à Vilnius. Elle est située dans la vieille ville de la capitale, dans l’ensemble architectural du monastère des basilien. Plus de 600 expositions d’œuvres d’artistes lituaniens et étrangers ont été organisées dans la galerie. Représentant l’Union des artistes de Lituanie, la galerie ne distingue pas les artistes selon l’orientation stylistique, l’approche ou l’âge. Le seul critère de choix des œuvres est la qualité artistique. La galerie participe à des programmes internationaux d’échanges culturels, et elle organise des événements culturels et des expositions.

Galerie AV17
Galérie d‘art de l‘Union des artistes

La galerie de l’Union des artistes est l’une des plus grandes galeries de la ville de Vilnius, ouverte en 1968. Le fondateur de la galerie est l’Union des artistes de Lituanie qui réunit près de mille cinq cent membres. La galerie organise des expositions d’auteur et thématiques, il est possible d’y acquérir les œuvres d’artistes professionnels, membres de l’Union des artistes de Lituanie, en peinture, graphisme, sculpture, céramique, textile, verre et cuir.

Galerie Kairė-dešinė

La galerie « Kairė-dešinė » (Gauche-droite), qui appartient au Centre d’art graphique de Vilnius, organise des expositions d’art graphique traditionnel et conceptuel, des projets artistiques internationaux et des symposiums. Des ateliers de graphisme sont répartis sur deux niveaux dans le Centre d’art graphique. On y propose des programmes éducatifs et des résidences. Dans la galerie « Kairė-dešinė », divers œuvres graphiques peuvent être acquises, on y organise aussi des soirées de poésie et présentations de livres ainsi que des mini-représentations.

Galerie R&A

Située dans la vieille ville de Vilnius, rue Pranciškonų (non loin de la plus ancienne église de Vilnius, l’église Saint-Nicolas), la galerie-atelier de peinture de Rūta Eidukaitytė et Aistė Gabrielė Černiūtė propose d’entrer et prendre connaissance non seulement des secrets de l’élaboration d’une peinture, mais aussi de son résultat final : les tableaux. Le nom de la galerie-atelier est formé à partir des premières lettre des prénoms des deux artistes : RA.

Galerie Rusų kultūros centras
Galerie des tableaux de Savickas
Galerie de la rue Šv. Jono

La galerie est située dans la vieille ville de Vilnius, dans une maison du XVIe siècle qui appartenait au prince Radziwiłł Le Noir. Il y a six salles d’exposition. On y organise des expositions de sculpture, peinture, arts appliqués, photographie et art professionnel, ainsi que diverses présentations. Des œuvres d’art y sont vendues.

Galerie Užupis
Galerie Vartai

Créée en 1991, la galerie « Vartai » était la seule lorsque la République de Lituanie a recouvré son État. Elle expose et vend des œuvres d’art, et organise des activités éducatives. Dans la galerie « Vartai », il y a régulièrement des concerts de musique de chambre gratuits, des disques compacts et de nouvelles publications sont présentés, de la poésie est lue et il y a des défilés de mode. À « Vartuose », les écoles de musique peuvent organiser des concerts et événements plus importants.

Galerie de photographie de Vilnius
La Porte de l’Aurore

La Porte de l’Aurore est un des symboles de Vilnius, mentionnée pour la première fois en 1514.

Aujourd’hui, la Porte de l’Aurore évoque pour la plupart des personnes un sanctuaire. Cependant, il y a quelques siècles, ayant entendu ce nom, les Vilnois auraient pensé d’abord aux remparts de la ville. Sur les dix portes autrefois aménagées dans les remparts, la Porte de l’Aurore est la seule qui ait survécu. Des meurtrières bien visibles aujourd’hui encore dans la partie extérieure de la porte rappellent la fonction défensive de cette construction.

Cette porte a d’abord été appelée la Porte de Medininkai car elle fut construite sur la route qui menait à Medininkai. Il est possible que son nom actuel vienne du nom « la Porte Aigue » (en lituanien, les mots « aurore » et « aigue » ont une prononciation semblable) car elle se trouve en périphérie près du lieu-dit de l’Aigue. Selon une autre version sur l’origine du nom, la porte se trouve dans la partie orientale où se lève l’aurore. De plus, la Vierge Marie était appelée « Étoile de l’Aurore ». C’est peut-être de là que vient le nom de la Porte de l’Aurore.

Au XVIIe siècle, une chapelle en bois fut construite à côté de la Porte de l’Aurore et l’icône miraculeuse de la Vierge Marie y fut placée. Après un incendie, une chapelle en maçonnerie fut érigée. Son aspect actuel en style classique tardif fait suite à une reconstruction du XIXe siècle.

L’icône miraculeuse de la Sainte Vierge, Mère de Miséricorde, qui se trouve dans la chapelle de la Porte de l’Aurore, est l’un des plus célèbres ouvrages de peinture Renaissance en Lituanie. Elle est aussi appelée Madone de la Porte de l’Aurore ou Madone de Vilnius. L’icône fut peinte spécialement pour cette chapelle au XVIIe siècle, suivant l’exemple du peintre néerlandais Martin de Voss. L’icône fut célébrée et considérée comme miraculeuse par les catholiques, les orthodoxes et les uniates (c’est-à-dire les catholiques de rite grec). Cette icône est célèbre dans le monde entier, ses copies sont installées dans des églises de plusieurs pays.

L’Archi-cathédrale basilique

L’Archi-cathédrale basilique de Saint Stanislas et de Saint Ladislas est le principal sanctuaire catholique du pays, le lieu des fêtes populaires et celles de l’État. Le statut de basilique fut attribué à l’Archi-cathédrale en 1922. Le mot « basilique » signifie « royal ». C’est le plus haut titre d’église que le pape confère aux sanctuaires privilégiés. Les souterrains de l’archi-cathédrale étaient le lieu du repos éternel des personnalités célèbres du Grand-duché de Lituanie : nobles, évêques, princes. Dans le mausolée royal, sous la chapelle de Saint Casimir, repose le grand-duc de Lituanie et roi de Pologne Alexandre. C’est le seul souverain polono-lituanien enterré à Vilnius.

Vytautas le Grand, petit-fils de Gediminas et souverain lituanien le plus puissant, ainsi que sa femme Ona y reposent aussi. Deux reines, femmes de Zygmunt Auguste, Élisabeth Habsbourg et Barbara Radziwill, appelée parfois la plus belle femme de l’Europe de son temps, furent enterrés aussi dans les souterrains de l’archi-cathédrale. Ses murs ont aussi abrité une urne avec le cœur du roi Ladislas Vasa.

Dans les souterrains, on peut voir les plus vieux murs des sanctuaires des XIIIe-XVe siècles ainsi que la plus vieille fresque lituanienne qui date du XIVe siècle.

Église des Saints Jean

L’Église des Saints Jean et son clocher constituent l’une des parties les plus pittoresques de l’ensemble de l’Université. L’église Saint Jean-Baptiste et Saint Jean, Apôtre et Évangéliste, est le nom complet de l’église. C’est pourquoi l’église est appelée l’église des Saints Jean.

La construction de l’église des Saints Jean prit presque 40 ans et fut terminée en 1426. C’était alors un bâtiment gothique. En 1571, l’église fut cédée aux Jésuites et fut dès lors considérée comme une partie de l’ensemble universitaire.

L’église des Saints Jean a accueilli des messes mais aussi des protestations d’étudiants, des représentations théâtrales, des cérémonies de rencontre royales. À l’époque soviétique, ce sanctuaire fut transformé en entrepôt. Plus tard, le musée de l’Université s’y installa.Aujourd’hui, l’église des Saints Jean remplit de nouveau sa fonction principale. En 1993, le Pape Jean-Paul II s’y est rendu.

Le clocher de l’église des Saints Jean est l’une des plus hautes constructions de la vieille ville. Il fait 68 mètres de haut.

La façade actuelle de l’église fut conçue au XVIIIe siècle par Jean-Christophe Glaubitz, le plus célèbre architecte baroque de Vilnius.

Les heures de visite, les messes

Horaires de l’église : du lundi au dimanche 10h00-17h00

Horaires des messes en lituanien : du lundi au jeudi 17h30, dimanche 11h00 et 13h00

Église Sainte Anne

L’Église Sainte Anne est un chef-d’œuvre du gothique tardif. L’architecte de l’église ainsi que l’époque de sa construction sont sujets à débats. Une légende populaire dit que Napoléon Bonaparte, émerveillé par cette gracieuse église, eut envie de l’emmener à Paris sur la paume de sa main. Malheureusement, la vérité est moins romantique : quand l’armée de Napoléon est passée par la Lituanie, cette église fut mise à la disposition de la cavalerie française.

Napoléon dans la lettre à sa femme nota cependant que « Vilnius est une très belle ville »…À côté de l’église, se dresse un clocher construit au XIXe siècle dans un style gothique.

Horaires de l’église : mai-septembre du lundi au dimanche 11h00-19h00, octobre-avril 17h00-19h00

Horaires des messes en lituanien : du lundi au samedi 18h00, dimanche 9h00 et 11h00

Église des Bernardins

Le nom complet de l’église des Bernardins est l’église Saint François d’Assise. La construction est massive et trapue. Elle pouvait, le cas échéant, servir non seulement pour la prière mais aussi pour la défense. C’est ce dont témoignent 19 meurtrières dans la façade nord. Des fenêtres en ogive, des contreforts en gradins, la composition plate et calme de la façade, ainsi que le fronton Renaissance du XVIIe siècle avec sa fresque du XIXe siècle s’accordent bien avec la partie gothique de l’église.

À l’époque soviétique, l’église des Bernardins fut fermée et transformée en entrepôt. Après le rétablissement de l’indépendance lituanienne, les moines franciscains qui travaillaient dans la clandestinité retournèrent dans l’église.

L’ensemble des Bernardins est inscrit comme monument du patrimoine culturel lituanien, et il a reçu en 2008 le statut de projet culturel important pour l’État.

On a mis en place le projet, soutenu par les fonds structurels européens, « Adaptation de l’ensemble historique et architectural des Bernardins de Vilnius pour les besoins du tourisme » (novembre 2008), des travaux de reconstruction ont été effectués et des sentiers d’observation pour les touristes aménagés.

Des visites sont organisées dans l’église en lituanien, anglais et russe pour des groupes d’au moins 8 personnes, du mardi au samedi de 10h00 à 17h00, sur un itinéraire déterminé à des heures convenues à l’avance. Les groupes sont enregistrés du mardi au samedi de 9h00 à 18h00 par courrier électronique pranciskonunamai@inbox.lt ou par tél. : +370 682 40216 (inscription au plus tard deux jours avant). Il n’y a pas de visites le dimanche, le lundi et lors des offices religieux et des manifestations. Billets: offrandes au monastère.

Église Saint Casimir

L’Église Saint Casimir est la première église baroque de Lituanie. Les moines jésuites, avec l’aide de Leonas Sapiega, chancelier d’État du Grand-duché de Lituanie, la fit construire en souvenir de Saint Casimir, patron de Vilnius. L’Église fut construite sur le plan de la première église baroque du Saint nom de Jésus, Il Gesu. L’Église Saint Casimir fut la plus importante église jésuite du Grand-duché de Lituanie.

Ce sanctuaire ne fut pas épargné par de lourdes épreuves : il fut brûlé au XVIIIe siècle, reconstruit ensuite, puis transformé en entrepôt de blé pendant la campagne de Napoléon en Russie, reconstruit encore une fois au XIXe siècle et transformé en église orthodoxe. Fiodor Dostoïevski, célèbre écrivain russe, y aurait prié. Lors de la Première Guerre mondiale, le sanctuaire fut transformé en église pour les soldats allemands. À l’époque soviétique, le musée de l’athéisme y fut installé.

Après la restauration de l’indépendance de la Lituanie, l’église Saint Casimir fut restituée aux fidèles. Les Jésuites, qui à l’époque soviétique travaillaient dans la clandestinité, retournèrent dans leur bâtiment et le lycée jésuite fut réouvert.

Dans cette église, Saint André Bobola a servi Dieu et le peuple. La plaque commémorative rappelle cette personnalité.

Église Sainte Catherine

L’église Sainte Catherine est la première église de Vilnius restaurée complètement après la restauration de l’indépendance de la Lituanie. L’église Sainte Catherine, une des plus belles églises du baroque tardif, appartenait aux religieuses bénédictines. L’ensemble du couvent se constitua entre le XVIIe et le XIXe siècle.

L’église reçut son aspect actuel après la reconstruction qui eut lieu suite au grand incendie de Vilnius en 1737. Les travaux de reconstruction furent dirigés par l’architecte Jean-Christophe Glaubitz. C’est lui qui conçut le projet des tours gracieuses et des frontons raffinés des façades.

À l’époque soviétique, l’église Sainte Catherine fut fermée et transformée en entrepôt et en souffrit beaucoup. Après la restauration en 2006, l’église ouvrit ses portes pour les visiteurs. Elle devint un nouveau centre culturel de Vilnius. Aujourd’hui, la nef principale de l’église est adaptée pour accueillir des concerts ; des expositions sont organisées au sous-sol. C’est un lieu où répètent les collectifs artistiques de l’administration municipale de Vilnius et où ont lieu des concerts de musique de chambre.

À côté de l’église, est érigé un monument à la mémoire du compositeur polonais Stanislaw Moniuszko.

Église Saint Michel Archange

Dans l’église de Saint Michel Archange et dans les bâtiments séparés de l’ancien monastère de Bernardins on trouve un Musée du patrimoine de l’Eglise. L’ensemble architectural, face à l’église de Sainte Anne et de François d’Assise, l’église de Saint Michael est particulièrement adaptée de par son style. Le bienfaiteur et constructeur de l’église, Léon Sapieha, grand homme de politique et de culture du Grand-duché de Lituanie construisit cette église de 1594 à 1625. En 1627 l’église fut consacrée et devint le mausolée de la fameuse famille de Sapieha. Le monument de style Renaissance réunit le gothique tardif –première période de la prospérité de l’art lituanien après l’adoption du christianisme- au baroque, qui a défini le visage de l’architecture de la vieille ville de Vilnius. L’église Saint Michel avec son grand autel et les monuments funéraires des membres de famille de Sapieha est, non seulement, un important monument de l’époque de la Renaissance et du Baroque primitif en Lituanie, mais aussi et surtout un témoignage de la croyance chrétienne à cette époque.

Église du Saint-Esprit

L’église est extraordinairement imbriquée dans un espace restreint de la vieille ville. Une reconstruction baroque de l’église s’est faite à la fin du XVIIIe siècle. Il s’agit d’une basilique en forme d’une grande croix latine impressionnante, des fresques ont été peintes sur sa coupole, ses voûtes et ses murs. La communauté dominicaine lituanienne s’y est installée au début du XVIe siècle. Plus tard, les autorités tsaristes ont transformé le monastère en prison, dans laquelle on a enfermé des patriotes lituaniens et polonais : les philarètes et les participants aux insurrections. En 1993, le pape Jean- Paul II a rencontré les catholiques polonais à l’église du Saint-Esprit et il y a célébré une messe.

Une église gothique se trouvait déjà à cet endroit au XVe siècle, elle a été reconstruite après les incendies du milieu du XVIIIe siècle. Les autorités tsaristes ont transformé le sanctuaire en église orthodoxe, puis il a été rendu aux catholiques plus tard. Dans cette église se trouve l’icône de la « Miséricorde de Dieu », peinte par l’artiste E. Kazimirowski d’après la vision de Ste Faustine.

Église Saint Nicolas

L’église Saint Nicolas est la plus vieille église qui subsiste en Lituanie. Elle a conservé son aspect gothique presque inchangé. Elle fut construite pendant les dernières années de l’époque païenne par la communauté allemande de Vilnius.

Aux XVIIIe et XIXe siècles, l’église gothique de Saint Nicolas a reçu des traits baroques. De nouvelles fenêtres furent découpées, une tour et une sacristie furent construites, des autels baroques, un orgue et un chœur d’orgues baroques furent aménagés.

Entre 1901 et 1939, l’église Saint Nicolas était la seule église où les messes étaient dites en lituanien. En même temps, elle fut un centre de la culture lituanienne.

À l’époque de l’occupation soviétique, la sculpture de Saint Christophe, patron de Vilnius, créée par le sculpteur Antanas Kmieliauskas, fut érigée à côté de l’église. C’était un acte de résistance car le régime soviétique avait interdit le blason de la ville représentant Saint Christophore.

Église des Franciscains

L’église des Franciscains est un des plus anciens bâtiments de la ville, son histoire remonte au XIV siècle. L’église est de style gothique, au XVIII siècle elle a été remodelée et présente donc, dans quelques parties, des formes de style baroque. En 1812 elle fut partiellement démolie, on y installa un entrepôt de stockage de grains, puis elle fut à nouveau transformée et devint un dépôt d’archives. Ce n’est qu’au début du XX s. qu’elle fut restituée à l’ordre des franciscains. Pendant les temps soviétiques elle devint à nouveau un dépôt d’archives. Actuellement elle est propriété de l’Eglise et est en cours de restauration. Récemment on y a découvert une statue de Sainte Vierge Marie qu’on considère comme étant miraculeuse (Notre Dame blanche).

Église de la Sainte Croix

Dès 1543, l’évêque de Vilnius P. Holszanski a construit une chapelle gothique à l’emplacement de l’église actuelle. Les moines bonifaciens ont transformé auXVIIe siècle la maison qui se trouvait près de la chapelle en église baroque. Il s’agit de l’unique église baroque de Vilnius reconstruite à partir d’une maison d’habitation.

Une icône de Ste Marie majeure (de la Mère de Dieu des bonifaciens) se trouve sur le grand autel de l’église et elle est considérée comme miraculeuse. La Mère de Dieu des bonifaciens est aussi représentée sur une fresque de la façade

Église Sainte Thérèse

C’est une des premières constructions baroque en Lituanie. Le dessin de la façade de l’église Sainte Thérèse est attribué à Constantin Tencallo, architecte de la Cour du roi Ladislas Vasa. Le plan est basé sur l’exemple de l’église des Carmes déchaussés de Rome – Maria delle Scala. La façade de l’église Sainte Thérèse est faite de précieux matériaux de construction, tels que le grès suédois, le marbre et le granit.

L’église Sainte Thérèse appartenait au monastère des Carmes déchaussés. Les Carmes représentent une congrégation religieuse établie il y a huit siècles et nommée d’après le nom du Mont Carmel en Palestine. Au XVIe siècle, une branche réformée, les Carmes déchaussés, célèbres dans la théologie mystique, se détacha de la congrégation des Carmes.

L’intérieur actuel de l’église date de la seconde moitié du XVIIIe siècle et il s’est bien conservé jusqu’à nos jours. L’autel principal de l’église est très impressionnant et l’un des plus beaux en Lituanie.

Église de Tous-les- Saints

L’église fut construite en 1620-1630, elle est de style de baroque primitif, (baroque des carmélites). Sur le fronton de l’église on peut voir deux statues en bois, polychromes, des premiers ermites de Carmel et des pionniers monastiques Saint Elie et Saint Elysée. Son clocher à cinq niveaux date de 1743. La même année une dépendance d’un étage fut édifiée, au rez-de-chaussée on installa la sacristie, et au premier étage une bibliothèque célèbre pendant tout le XVIII s. Après la fermeture de l’église et du monastère en 1823-1886, de nombreux objets de grande valeur artistique furent éparpillés. En 1904 l’église fut restaurée à l’initiative du prêtre L. Chudowski. Lors de cette restauration, fut endommagée la peinture murale qui se trouvait dans les caves de l’église. En 1991 lors de la restitution à l’Eglise, le bâtiment fut restauré, y furent retournés certains tableaux. A l’époque soviétique un musée d’art populaire s’y était installé .Actuellement elle est propriété des croyants et est ouverte aux visiteurs.

Église Saint Barthélémy

A Užupis sur les berges de la Vilnia on peut contempler l’église de Saint Barthélémy. Quand on approche on a l’impression qu’elle se cache, se réfugie derrière les maisons, près de la rue conduisant vers le cimetière des Bernardins.

L’église, qui venait d’être construite, lors de la guerre de Moscou fut détruite par un incendie. En 1778, selon la conception de l’architecte Martin Knackfuss les moines construisirent un oratoire qui par le souhait du père Augustin Stodolnik en 1823-1824 fut converti en église. Cette église est restée telle jusqu’à nos jours (en 1881 on a construit une tour). En 1949 l’église fut fermée. A l’époque soviétique elle a abrité des ateliers de sculpteurs. En 1997 l’église de Saint Barthélémy est mise à disposition de la communauté catholique biélorusse de Vilnius.

Église de Saint Ignace

L’église de Saint Ignace fut construite en 1622-1647. Le plan de l’église, comme celui de la plupart des églises jésuites, est celui d’une basilique, avec une coupole et deux tours de part et d’autre du presbytère. L’église fut endommagée par des incendies et fut reconstruite au milieu de XVIII sous la direction de l’architecte T. Zebrowski. Pendant la période tsariste l’église fut transformée en club des officiers et profondément dégradée. Elle fut restituée à l’Eglise en 1925, et rendue au culte. Lors de l’époque soviétique, elle devint un entrepôt de studio de cinéma.

L’église a une façade somptueuse dont les formes sont celles du baroque primitif.

La colline de Gediminas

Les visiteurs aiment particulièrement cette tour, car ils peuvent admirer de son sommet un magnifique panorama de la vieille ville et du centre. On trouve dans la tour des reconstitutions des maquettes des châteaux de Vilnius de la seconde moitié du XIVe et du début du XVIIe siècle, des armes et des illustrations iconographiques du vieux Vilnius.

Il est possible d’atteindre le sommet de la colline de Gediminas à partir de la cour intérieure du musée (côté rue Arsenalo) ou bien de prendre le sentier pavé qui part du square « Šventaragio ». (Le funiculaire parcourt les 71 mètres jusqu’à la colline en 35 secondes.)

Horaires du funiculaire : avril-octobre : du lundi au dimanche I–VII 10.00-20.30., octobre-mars : du lundi au dimanche 110.00-19.30. Prix (dans les deux sens) : 5 Eur, gratuit pour les enfants de moins de 7 ans, et les personnes handicapées.

Jours fériés nationaux en Lituanie

Trois Croix

Sculpteur: Antanas Vivulskis. 1916. Kęstutis Šilgalis. 1989

Le Château Tordu se trouvait au XIVe siècle au sommet de la Colline des Trois Croix, autrefois appelée Colline Chauve. Les chevaliers teutoniques l’ont pris et brûlé en 1390. Selon la légende, trois croix en bois ont été érigées sur la colline en mémoire de franciscains tués autrefois. En 1916, des croix massives en béton ont été construites selon le projet de A. Vivulskis, les autorités soviétiques les ont fait exploser en 1950. En 1989, les Trois Croix (architecte H. Šilgalis) ont été de nouveau reconstruite.

Campanile de l’église Saints Jean

Une partie importante de l’ensemble architectural de l’Université de Vilnius est le clocher de l’église des St Jean qui a été construit en 1600-1610 et se caractérise par une architecture Renaissance et baroque tardif. Depuis le clocher de l’église des St Jean, le plus haut bâtiment de la vieille ville (68 m), on peut admirer le panorama de Vilnius pendant la saison chaude. Dans le clocher historique, il y a un ascenseur et les visiteurs peuvent monter sans se fatiguer sur l’aire d’observation aménagée à 45 m de haut.

Le public est aussi intéressé par le pendule de Foucault qui démontre la rotation de la Terre autour de son axe. Le balancier du pendule est installé au premier étage de la tour du clocher. En une journée, la sphère change de position et cela démontre que la Terre tourne autour de son axe.

Ceux qui souhaitent seulement monter dans le clocher peuvent le faire depuis la rue Šv. Jonų ou via la Grande cour. L’entrée pour le clocher : 3 EUR pour les adultes, 1,5 EUR pour les étudiants, les élèves et les retraités. Ceux qui souhaitent visiter les cours de l’ensemble architectural de l’Université de Vilnius le pourront en payant un supplément de 1,5 EUR.

Le clocher peut être visité à partir de mai, horaires : du lundi au dimanche 10h00-18h30

L’église des Bernardins

Le nom complet de l’église des Bernardins est l’église Saint François d’Assise. La construction est massive et trapue. Elle pouvait, le cas échéant, servir non seulement pour la prière mais aussi pour la défense. C’est ce dont témoignent 19 meurtrières dans la façade nord. Des fenêtres en ogive, des contreforts en gradins, la composition plate et calme de la façade, ainsi que le fronton Renaissance du XVIIe siècle avec sa fresque du XIXe siècle s’accordent bien avec la partie gothique de l’église.

À l’époque soviétique, l’église des Bernardins fut fermée et transformée en entrepôt. Après le rétablissement de l’indépendance lituanienne, les moines franciscains qui travaillaient dans la clandestinité retournèrent dans l’église.

L’ensemble des Bernardins est inscrit comme monument du patrimoine culturel lituanien, et il a reçu en 2008 le statut de projet culturel important pour l’État.

On a mis en place le projet, soutenu par les fonds structurels européens, « Adaptation de l’ensemble historique et architectural des Bernardins de Vilnius pour les besoins du tourisme » (novembre 2008), des travaux de reconstruction ont été effectués et des sentiers d’observation pour les touristes aménagés.

Des visites sont organisées dans l’église en lituanien, anglais et russe pour des groupes d’au moins 8 personnes, du mardi au samedi de 10h00 à 17h00, sur un itinéraire déterminé à des heures convenues à l’avance. Les groupes sont enregistrés du mardi au samedi de 9h00 à 18h00 par courrier électronique pranciskonunamai@inbox.lt ou par tél. : +370 682 40216 (inscription au plus tard deux jours avant). Il n’y a pas de visites le dimanche, le lundi et lors des offices religieux et des manifestations. Billets: offrandes au monastère.

Terrain panoramique de la rue Subačiaus
Colline Le Bastion

Il s’agit d’une partie du système défensif de Vilnius, souvent appelée « barbacane ». La Bastille est un édifice original d’une architecture défensive de la Renaissance. Elle comprend une tour, aménagé dans les remparts de la ville, des locaux souterrains pur les canons et un tunnel. La Bastille a été construite dans la première moitié du XVIIe siècle par l’ingénieur militaire allemand Friedrich Getkant. Cette construction a terriblement souffert pendant les guerres contre Moscou au milieu du XVII. Des entrepôts d’armes de l’armée allemande ont été déposés là pendant la Première et la Seconde Guerre mondiale. De la terrasse de la Bastille s’ouvre un splendide panorama de la vieille ville de Vilnius.
 

L’ange d’Uzupis

Sculpteur: Romas Vilčiauskas. 2002

En 2002, la sculpture d’un ange fut inaugurée sur la place centrale d’Užupis. Cet ange de bronze créé par le sculpteur Romas Vilčiauskas est aussi devenu le symbole d’Užupis.

Vilnius Talking Statues

Le monument à Frank Zappa

Sculpteur: Konstantinas Bogdanas. 1996.

Le monument est dédié au célèbre compositeur, guitariste et chanteur américain Frank Zappa (sculpteur Konstantinas Bogdanas). L’interprète distingué par cette œuvre au style original est appelé le père de la musique moderne. La musique de Frank Zappa se caractérise par un style psychédélique, elle allie rock, jazz, musique d’avant-garde et musique électronique.

Vilnius Talking Statues

La statue de Sirène

Sculpteur: Romas Vilčiauskas. 2002

Le mot « Užupis » signifie « au-delà de la rivière ». La rivière Vilnia, appelée le plus souvent Vilnelė (la petite Vilnia), est une partie indissociable d’Užupis. Ce n’est pas étonnant que le deuxième symbole d’Užupis soit une petite sirène de bronze, aussi appelée la jeune fille d’Užupis. C’est une œuvre du sculpteur Romas Vilčiauskas.

La petite sirène est assise sur une niche, dans un mur de la berge de la Vilnia. On dit que c’est elle qui attire à Užupis des personnes du monde entier. Ceux qui ne résistent pas à son charme restent à Užupis pour toujours.

Vilnius Talking Statues

Monument des Trois Croix

Sculpteur: Antanas Vivulskis. 1916. Kęstutis Šilgalis. 1989

Le Château Tordu se trouvait au XIVe siècle au sommet de la Colline des Trois Croix, autrefois appelée Colline Chauve. Les chevaliers teutoniques l’ont pris et brûlé en 1390. Selon la légende, trois croix en bois ont été érigées sur la colline en mémoire de franciscains tués autrefois. En 1916, des croix massives en béton ont été construites selon le projet de A. Vivulskis, les autorités soviétiques les ont fait exploser en 1950. En 1989, les Trois Croix (architecte H. Šilgalis) ont été de nouveau reconstruite.

La statue du grand-duc Gediminas

Les auteurs de la statue sont Vytautas Kašuba, sculpteur lituanien des États-Unis, et Mindaugas Šnipas. 1996

Gediminas est le fondateur des villes de Trakai et Vilnius et l’un des plus célèbres dirigeants de la Lituanie d’autrefois. Sa gloire ne peut être comparée probablement qu’à celle de Vytautas le Grand qui était d’ailleurs le petit-fils de Gediminas.

Gediminas vécut entre 1275 et 1341, il dirigea le Grand-duché de Lituanie pendant 25 années. Il déplaça la capitale lituanienne de Trakai à Vilnius. Outre une gloire de chef militaire, il fut réputé plutôt comme un iplomate ayant attiré l’attention de l’Europe sur la Lituanie. C’est dans les lettres de Gediminas adressées aux pays de l’Europe occidentale que le nom de Vilnius fut mentionné pour la première fois. L’année 1323, date de la première mention, est considérée comme la date officielle de la fondation de Vilnius.

Gediminas repoussa les frontières et l’influence du Grand-duché de Lituanie loin à l’est et au sud. Sous le règne de Gediminas, le Grand-duché de Lituanie annexa Vitebsk et la Volhynie, ainsi que les terres de la Russie de Kiev qui tombèrent sous sa dépendance vassalique. L’armée lituanienne envoyée par Gediminas se rapprocha même des murs de Berlin en se dirigeant vers l’ouest. À l’époque de Gediminas, le territoire de l’État lituanien doubla.

Vilnius Talking Sculptures

Le monument A. Mickiewicz

Sculpteur: Gediminas Jokūbonis. 1984

Le monument dédié au célèbre poète Adam Mickiewicz a été érigé 1984. Tout autour, des plaques en reliefs exposent les thèmes du poème « Le jour des morts » (sculpteur H. Kuna).

Vilnius Talking Statues

Statue de Stanisław Moniuszko

Sculpteur: Bolesław Bałzukiewicz. 1922

Dans le square situé en face de l’église Ste Catherine et le monastère des bernardins, se trouve un buste de Stanisław Moniuszko. S. Moniuszko est un célèbre compositeur polonais qui a vécu à Vilnius entre 1840 et 1858.

Le monument à Tsemach Shabad

Sculpteur: Romualdas Kvintas. 2007

Tsemach Shabad est une personnalité de légende. Le médecin a git dans différents domaines : la charité (un des responsables de l’Association pour aider les réfugiés de guerre), la santé (fondateur de l’Association pour la santé Ozė à Vilnius), l’éducation et les sciences (personnalité e l’Organisation centrale des écoles juives, un des instigateurs de la création du JIVO), la société (il a ranimé avec J. Vygodski la communauté juive de Vilnius) et le journalisme (instigateur et rédacteur de publications en yiddish).

Vilnius Talking Statues

Le monument au Gaon de Vilnius

Sculpteur: Kazimieras Valaitis, Mindaugas Šnipas. 1997

Le nom du Gaon de Vilnius Elyahou ben Shlomo Zalman (1720-1797), un des juifs les plus importants, commentateur de la Torah et du Talmud reconnu mondialement pour sa sagesse, a fait connaître Vilnius comme la Jérusalem de Lituanie. Une plaque commémorative signale l’emplacement de son ancienne maison, près d’elle un monument à la sagesse des juifs a été érigé.

La statue de Laurynas Gucevičius

Sculpteur: Vladas Vildžiūnas. 1984

Laurynas Gucevičius (1753-1798), architecte, représentant du classicisme mûr, auteur de la Cathédrale de Vilnius, de l’Hôtel de Ville et autres projets.

Vilnius Talking Statues

Jardin des Bernardins

Le jardin restauré des Bernardins, anciennement appelé le parc Sereikiškės, a été ouvert à Vilnius. Après une restauration de plus d’une année, le parc a retrouvé son environnement authentique du XIXe siècle selon le projet de l’artiste Vladislovas Štrausas.

Le parc a retrouvé le nom de jardin des Bernardins car, selon les historiens, un jardin aménagé par les Bernardins a occupé pendant des siècles une grande partie de ce territoire. En sa mémoire, on a créé l’exposition du jardin des moines avec des plantes médicinales, aromatiques, potagères et à thé. On peut voir dans le parc des éléments reconstruits de l’ancien parc : l’alpinarium, un étang, la colline du Belvédère, la place centrale, des sentiers de promenade le long de la Vilnelė. On peut aussi admirer les fontaines, dont une musicale, aménagées aux endroits historiques. Il y a aussi une roseraie et des aires de jeux pour les enfants dans le parc.

Un espace particulier du jardin est l’exposition de botanique, destinée à perpétuer un des plus grands jardins botaniques d’Europe orientale qui se trouvait là au XVIIIe siècle. Vous y verrez un ginkgo biloba, un cornouiller sauvage, un pseudotsuga du Canada, un pin noir et parmi les trois chênes les plus vieux à Vilnius.

Le parc est ouvert au public tous les jours de 7h00 à 22h00. Visite gratuite.

Parc Kalnų (des collines)

Le parc Kalnų est situé au centre de Vilnius. Pour le visiter, le plus pratique est de passer côté rue T. Kosciuškos, après avoir grimpé sur la colline vous vous retrouverez près de l’estrade. En été, différents concerts et fêtes s’y déroulent. Le territoire du parc est délimité par le quartier d’Užupis (rue Krivių) et la Vilnelė. Le parc Kalnų comprend plusieurs collines.

La plus connue d’entre elles est la Colline des Trois Croix. Il est possible que des païens aient crucifié sept franciscains sur la Colline des Trois Croix, qu’ils aient été cloués à des croix puis jetés dans la rivière. Aujourd’hui, le monument des Trois Croix de l’architecte et sculpteur A. Vivulskis est érigé à cet endroit. La colline de la Table doit son nom à sa forme : elle est plate au sommet comme une table. La colline de la tombe de Gediminas signale l’emplacement de la sépulture du prince. Sur cette colline se rassemblent non seulement ceux qui veulent admirer le panorama de la ville, mais aussi les membres des communautés religieuses baltes qui célèbrent leurs fêtes auprès d’un autel païen. La colline de Bekešas doit son nom au fait qu’en 1580 l’un des plus célèbres chefs militaires de l’État polono-lituanien de cette époque Kaspar Bekesz a été enterré là.

 

La dalle « Miracle » (Stebuklas)

Auteur: Gitenis Umbrasas. 2010

Le mot « Miracle », écrit en lettres de couleur, orne une des dalles de la place de la Cathédrale (cherchez entre l’Archi-cathédrale et le clocher). Si vous voulez qu’un miracle ait lieu, mettez-vous sur la dalle, pensez à un vœu et tournez à 360°. Votre vœu sera forcément exaucé !

La plaque « Les petites pommes » (Obuoliukas)

La plaque « Les petites pommes » est une dalle, créée par l’artiste Gitenis Umbrasas, située dans le square S. Moniuško (Moniuszko) et symbolisant un lieu de rencontres. Le square S. Moniuško est un endroit apprécié des Vilnois et des visiteurs de la ville ; là se déroulent différentes manifestations culturelles.

La rue « Literatų »

Cette rue n’a été nommée « Literatų » (rue des gens de lettres) que dans la première moitie du XIX siècle, en l’honneur d’Adam Mickiewicz (poète classique romantique polonais) qui y vécut. Adam Mickiewicz habitait à l’entrée de la rue de « Literatų » dont témoignent trois plaques commémoratives en lituanien, russe et polonais.

En 2008 un groupe d’artistes eut l’idée de faire revivre la rue et de la décorer d’œuvres d’art liées à des écrivains. On a solennellement inauguré un mur sur lequel les artistes ont créé pendant deux ans des plaques en métal, bois, verre et d’autres pour les gens de lettres.

Dans la rue Literatų, existe aussi un Centre d’art moderne (rue Literatų 8), www.mmcentras.lt.

Cellule de Konrad

En 2009 on a ouvert la cellule de Konrad à Vilnius (Rue Aušros vartų, 7A) il s’agit d’une cellule monacale, dans laquelle fut emprisonné le poète A. Mickiewicz, elle porte le nom de Konrad, le héros principal de son poème. Il y a deux expositions. Une exposition est aménagée comme une cellule de prison, l’autre présente la vie de Mickiewicz à Vilnius, l’affaire des sociétés des Philomats et Filarets.

L’exposition actuelle marque symboliquement le lieu de la cellule de Konrad qui avait suscité pas mal de discussions lors de l’entre–deux –guerres. C’est un fait connu que le Monastère des Basiliens était alors transformé en prison, A. Mickiewicz fut emprisonné en 1823-1824. Ayant soudoyé les gardes, les camarades de Filomats se réunissaient dans la cellule du poète. Mickiewicz décrit plus tard ces événements dans la III partie de son poème « Aïeux ».

 

Galera

L’incubateur d’art d’Užupis (2/11 rue Užupio) est une organisation culturelle extraordinaire, ouverte aussi sur la société. L’incubateur d’art d’Užupis est connu pour sa galerie et ses expositions de différents styles, La peinture de murs du bâtiment est inhabituelle, s’entrelaçant avec l’espace des sculptures des berges. Les idées artistiques, communautaires et culturelles de jeunes gens naissent et s’élaborent dans l’incubateur d’art d’Užupis.

Cimetière des Bernardins

A Užupis, entre les rues de Polocko, Žvirgždyno et la rivière Vilnia le cimetière des Bernardins s’étend sur 3,87 ha. La création de ce cimetière date de 1810 ; il fut administré par le monastère des Bernardins. Ici se trouvent des columbariums dans les niches desquels on posait les cercueils avant de les emmurer. En 1827 on construit une chapelle, et sous son sol – une crypte avec des catacombes. Au XIX, cet endroit était un lieu de prédilection pour les promenades des habitants de Vilnius, le cimetière ressemblait à un parc.

Des personnages célèbres de la région de Vilnius y sont enterrées : S.B. Jundzill, V. Kairiūkštis, V. Slendzisnski, B.M. Ruseckas, K. Ruseckas, E. Kotlubaj, I. Borowsky, H.J. Abramovich, M. Przybilsky, A. Tyszkiewicz, V. Zahorsky et d’autres.

Maison-Musée de Marie et George Šlapelis

Le Musée a été créé en 1991, dans la maison achetée en 1926 par Marie et Jurgis Šlapelis. Cette maison est un monument d’architecture du XVII siècle. C’est en 1994 que ce musée a été inauguré.

Ce musée présente des expositions sur la vie quotidienne et les activités de Marie et George Šlapelis et reflète la vie de la région de Vilnius depuis la deuxième moitié du XIX siècle jusqu’en 1940. On montre comment après l’abolition de l’interdiction de la presse: l’édition des livres, de nouvelles maison d’éditons lituaniennes et des librairies nouvelles ont apparus. Les éditeurs des livres étaient très actifs dans leurs travaux et ils ont ranimé toute la vie littéraire. La création des sociétés, le développement d’éducation, le développement de la presse et d’autres événements culturels importants ont favorisé et accéléré les événements politiques, conduisant à l’indépendance de Lituanie.

Les groupes ne sont acceptés qu’après accord.

Jours fériés nationaux en Lituanie

Musée du Théâtre, de la Musique et du Cinéma de Lituanie

Le musée possède des collections sur l’histoire de ces domaines, une collection rare d’instruments de musiques des XVIIIe–XXe siècles, des enregistrements musicaux, des œuvres scénographiques, des rétrospectives et des affaires personnelles des maîtres lituaniens les plus importants du théâtre, de la scène et du cinéma.

Jours fériés nationaux en Lituanie

Musée du Palais des Radvilos – closed until 30th of April, 2020

Dans la partie du palais maniériste, appelé au XVIIe siècle le « Louvres de Vilnius », la peinture des pays étrangers (Europe occidentale et centrale, Russie) a été exposé pendant longtemps. Aujourd’hui, d’importantes expositions thématiques y sont organisées par le musée des Beaux-arts de Lituanie.

Le voïvode Janusz Radziwill a fait construit la première résidence en baroque tardif à l’emplacement du palais en bois de Michal Radziwill le Noir qui se trouvait là au XVIe siècle. Le palais de type Palazzo a été bâti d’après l’exemple parisien du Palais du Luxembourg, avec cinq pavillons à trois niveaux et des salles remarquables. La collection de peinture qui y a été amassée était célèbre : des œuvres de peintres flamands et hollandais. Le pavillon Ouest, où le musée des Beaux-arts de Lituanie organise actuellement des expositions, a été restauré en 1984.

Jours fériés nationaux en Lituanie

Maison des Signataires

Le Conseil de la Lituanie a siégé dans ce bâtiment en 1917-1918. Le 16 février 1918, l’Acte d’indépendance de la Lituanie y a été signé. Une pièce mémorial a été aménagée pour rappeler cet événement important, dans laquelle sont exposés différents objets des signataires, devenus plus tard diplomates. En 2003, a été inaugurée une pièce en mémoire de dr. Jonas Basanavičius. L’exposition de la Maison des Signataires présente aux visiteurs l’histoire de la renaissance nationale lituanienne du début du XXe siècle et le rétablissement d’un État lituanien en 1918.

Musée des Arts appliqués

Le musée des Arts appliqués a été créé en 1987 dans l’Ancien arsenal reconstruit du Château Inférieur de Vilnius. Il a été construit sur les restes de maisons en bois des XIIe-XIVe siècles, des murs principaux et des remparts du Château Inférieur.

Une exposition est présentée dans le sous-sol de l’arsenal : on peut y voir des fragments des anciennes couches culturelles de la Ville de Vilnius. Le musée expose des ouvrages d’art sacré du peuple lituanien, des œuvres d’art sacré, des icônes de vieux croyants, d’orthodoxes et d’uniates ainsi que des ouvrages en métal. Le musée des Arts appliqués présente aussi une exposition de longue durée : « Les découvertes du Palais des souverains du Grand-duché de Lituanie ».

Bastide des Remparts de Vilnius

Face à la menace des ennemis de l’extérieur, le Grand-duc de Lituanie Alexandre (1492–1506), a accordé en 1503 le privilège d’ériger des remparts pour satisfaire une demande des habitants de Vilnius. Après le renforcement des remparts dans la première moitié du XVIIe siècle, une bastide a été construite sur la colline de la Tour : une fortification renforcée en terre et maçonnerie comprenant une tour, une partie en fer à cheval pour l’artillerie et un tunnel qui les relie. Les remparts et la bastide de la ville ont beaucoup souffert pendant la guerre de 1654-1667 avec la principauté de Moscou. Au fil du temps, la bastide a perdu sa fonction. Elle est encore mentionnée en 1753 sur le plan de la ville de Vilnius de Johann Georg Maximilian Fürstenhoff. Au début du XIXe siècle, le territoire de la bastide a été transformé en décharge de la ville, les fossés et les maçonneries ont été comblés avec de la terre. Après les fouilles et les travaux de restauration des deux dernières décennies du XXe siècle, un musée a été aménagé dans la bastide en 1989.

Jours fériés nationaux en Lituanie

 

Musée Adam Mickiewicz

Le musée est installé dans les locaux où a vécu le célèbre poète polonais et patriote lituanien. Il y a là des objets ayant appartenu au poète, des lettres, les premières éditions de ses livres et leurs traductions en d’autres langues ainsi que trois expositions : « A. Mickiewicz et la Lituanie », « Les philomates et A. Mickiewicz », « Les femmes dans la vie de A. Mickiewicz ».

Jours fériés nationaux en Lituanie

Musée national de Lituanie, Ancien arsenal

Le musée présente la préhistoire de la Lituanie : de l’apparition des premiers habitants sur le territoire actuel du pays à la fondation d’un État. Dans les expositions, on trouve des outils et des ustensiles ménagers ayant appartenu aux premiers habitants de la Lituanie, ainsi que l’histoire de la formation de la culture balte.

Jours fériés nationaux en Lituanie

Le Palais des Souverains du Grand-duché de Lituanie

À cet endroit historique se trouvait déjà un site habité en bois aux IVe-VIIIe siècles. Les premiers bâtiments en maçonnerie ont été construits dans la seconde moitié du XIIIe siècle. Au XIVe siècle, il est un des édifices les plus importants du grand territoire du Château inférieur de Vilnius, entouré d’un mur en maçonnerie. Presque tous les souverains lituaniens y ont résidé dès les premières années de règne de la dynastie des Gediminaitis. Il était au début en style gothique, puis la résidence officielle des grands-ducs lituaniens est devenue un palais confortable de style Renaissance.

Il a acquis les caractéristiques du baroque précoce dans la première moitié du XVIIe siècle. A cette époque, Vilnius était connue comme un des centre les plus importants d’Europe centrale et orientale. Le palais a été saccagé par les occupants au milieu du XVIIe siècle, puis totalement détruit à la fin du XVIIe siècle et au début du XIXe siècle.

En 2000, le Seimas (Parlement) de la République de Lituanie a adopté une loi sur la reconstruction et la mission du Palais des Souverains. Les travaux ont commencé deux ans plus tard. Il est prévu d’ouvrir au public avant début 2013 deux des quatre parties du Palais des Souverains, et le Musée national – Palais des Souverains du Grand–duché de Lituanie, créé en 2009, s’y installera.

Au Palais des grands-ducs de Lituanie – Musée national, vous pouvez voir deux expositions permanentes reflétant les fonctions de la résidence historique. De nombreux artefacts ainsi que les modèles de développement du palais, le matériel iconographique et commentaires textuels sont présentés à l’exposition de l’évolution historique et architecturale (route 1).

L’exposition des intérieurs historiques représentatifs du Palais reconstruits (route II) amènera des visiteurs dans les chambres représentatives avec des intérieurs restaurés de style gothique tardif, renaissance et début de baroque, ainsi que dans la salle spéciale de trésors.

Jours fériés nationaux en Lituanie

Tour du château de Gediminas

Les visiteurs aiment particulièrement cette tour, car ils peuvent admirer de son sommet un magnifique panorama de la vieille ville et du centre. On trouve dans la tour des reconstitutions des maquettes des châteaux de Vilnius de la seconde moitié du XIVe et du début du XVIIe siècle, des armes et des illustrations iconographiques du vieux Vilnius.

Il est possible d’atteindre le sommet de la colline de Gediminas à partir de la cour intérieure du musée (côté rue Arsenalo) ou bien de prendre le sentier pavé qui part du square « Šventaragio ». (Le funiculaire parcourt les 71 mètres jusqu’à la colline en 35 secondes.)

Horaires du funiculaire : avril-octobre : du lundi au dimanche I–VII 10.00-20.30., octobre-mars : du lundi au dimanche 110.00-19.30. Prix (dans les deux sens) : 5 Eur, gratuit pour les enfants de moins de 7 ans, et les personnes handicapées.

Jours fériés nationaux en Lituanie

Cuisine lituanienne
Cafés

Théâtre, cinéma, musique
SPA

Vols en montgolfière

Un des loisirs les plus impressionnants est le vol en montgolfière. Lorsque les conditions météo sont favorables, celle-ci peut décoller et atterrir au centre même de la ville.

Aires de jeux pour enfants
L’Université de Vilnius

L’Université de Vilnius est une des plus vieilles universités d’Europe orientale. Elle fut fondée au moment où le mouvement de la Réforme s’est répandu en Lituanie, et les Jésuites furent invités pour lutter contre ce mouvement. Les membres de l’Ordre des Jésuites prirent très vite dans leurs mains l’éducation. En 1569, ils fondèrent le Collège qui fut transformé, en 1579, en université.

L’ensemble de l’Université de Vilnius se forma durant quelques siècles, on y trouve donc des bâtiments à l’architecture gothique, Renaissance, baroque et classique. L’architecture des châteaux médiévaux contraste avec la chaleureuse ambiance estudiantine. Treize cours intérieures, des arcades et des galeries donnent à l’Université un aspect magnifique. Ses cours prirent les noms de célèbres élèves et professeurs de l’Université ; ces noms sont repris sur des plaques commémoratives dans la Cour Principale.

Actuellement, l’Université de Vilnius comprend 12 facultés ; 23 000 étudiants y font leurs études. Le vieux bâtiment abrite l’administration de l’Université et les facultés d’histoire, de philologie et de philosophie. Ici se trouve une bibliothèque fondée en 1570. Elle rassemble plus de 5 millions de livres et manuscrits anciens, y compris l’un de deux exemplaires originaux connus du premier livre lituanien, « Le Catéchisme » de Martynas Mažvydas.

Prix d’entrée dans l’ensemble architectural (cours, église) : 1,5 EUR (adultes), 0,5 EUR (élèves, étudiants). Horaires : mars-octobre du lundi au vendredi 9h00-18h00, novembre-avril du lundi au vendredi 9h30-17h30.

Des visites en lituanien, anglais, russe et polonais sont proposées à ceux qui souhaitent en savoir plus sur l’Université de Vilnius et la bibliothèque les jours ouvrables de 9h00 à 15h00. Il faut uniquement remplir à l’avance le formulaire électronique de réservation sur www.biblioteka.vu.lt/en/services/guided-tours ou s’adresser au Service de Communication et d’information de la bibliothèque tél. : +370 5 268 7103.

Plus d’informations sur l’ensemble des bâtiments de l’Université de Vilnius et les salles historiques de la bibliothèque sur www.eparodos.mb.vu.lt/kiemeliai/

 

Clocher de l’église des St Jean

Une partie importante de l’ensemble architectural de l’Université de Vilnius est le clocher de l’église des St Jean qui a été construit en 1600-1610 et se caractérise par une architecture Renaissance et baroque tardif. Depuis le clocher de l’église des St Jean, le plus haut bâtiment de la vieille ville, on peut admirer le panorama de Vilnius pendant la saison chaude. Dans le clocher historique, il y a un ascenseur et les visiteurs peuvent monter sans se fatiguer sur l’aire d’observation aménagée à 45 m de haut.

Le public est aussi intéressé par le pendule de Foucault qui démontre la rotation de la Terre autour de son axe. Le balancier du pendule est installé au premier étage de la tour du clocher. En une journée, la sphère change de position et cela démontre que la Terre tourne autour de son axe.

Ceux qui souhaitent seulement monter dans le clocher peuvent le faire depuis la rue Šv. Jonų ou via la Grande cour. L’entrée pour le clocher et le Musée des sciences coûte : 3 EUR pour les adultes, 1,5 EUR pour les étudiants, les élèves et les retraités. Ceux qui souhaitent visiter les cours de l’ensemble architectural de l’Université de Vilnius le pourront en payant un supplément de 1,5 EUR.

Le clocher peut être visité à partir de mai, horaires :

printemps, automne : du lundi au dimanche 10h00-19h00,

Galerie de Peinture de Vilnius

La galerie se trouve dans le somptueux palais des comtes Chodkiewicz qui se distingue par un intérieur impressionnant du classicisme tardif. Unique au monde, l’exposition permanente de cette galerie permet de connaître de manière cohérente et complète l’évolution de la peinture lituanienne du XVIe au début du XXe siècle. La collection d’œuvres des peintres de l’école de Vilnius des XVIIIe–XIXe a une valeur toute particulière. La galerie organise en permanence diverses expositions, soirées culturelles et concerts de musique classique.

Jours fériés nationaux en Lituanie

La Bastille

Face à la menace des ennemis de l’extérieur, le Grand-duc de Lituanie Alexandre (1492–1506), a accordé en 1503 le privilège d’ériger des remparts pour satisfaire une demande des habitants de Vilnius. Après le renforcement des remparts dans la première moitié du XVIIe siècle, une bastide a été construite sur la colline de la Tour : une fortification renforcée en terre et maçonnerie comprenant une tour, une partie en fer à cheval pour l’artillerie et un tunnel qui les relie. Les remparts et la bastide de la ville ont beaucoup souffert pendant la guerre de 1654-1667 avec la principauté de Moscou. Au fil du temps, la bastide a perdu sa fonction. Elle est encore mentionnée en 1753 sur le plan de la ville de Vilnius de Johann Georg Maximilian Fürstenhoff. Au début du XIXe siècle, le territoire de la bastide a été transformé en décharge de la ville, les fossés et les maçonneries ont été comblés avec de la terre. Après les fouilles et les travaux de restauration des deux dernières décennies du XXe siècle, un musée a été aménagé dans la bastide en 1989.

Jours fériés nationaux en Lituanie

 

Užupis

Le quartier d’Užupis est parfois comparé au Montmartre de Paris ou à la Christiania de Copenhague. C’est la « République » des artistes. Užupis a son propre hymne, sa propre Constitution, son Président, son évêque, deux églises, le cimetière des Bernardins, le plus vieux cimetière de Vilnius, sept ponts et même un saint patron : l’ange de bronze d’Užupis. La Constitution de la République d’Užupis est exposée sur le mur, au début de la rue Paupio.C’est un des plus vieux quartiers de Vilnius, mentionné dans les sources historiques du XVIe siècle. Dans le passé, c’était le quartier des moulins et la banlieue des pauvres.

Une fois, le quartier des maisons closes s’est même installé à proximité. À l’époque soviétique, Užupis fut très abandonnée et reçut la réputation de quartier le plus dangereux de Vilnius. Peu à peu, des artistes s’installèrent dans des maisons abandonnées. Ce n’est pas étonnant car juste de l’autre côté du pont, se trouvait l’Académie des Beaux-arts. Actuellement, Užupis accueille des festivals alternatifs de mode, des concerts, des expositions, des lectures de poésie, des spectacles et des fêtes originales. Aujourd’hui, Užupis est l’un des quartiers les plus chers et les plus prestigieux de Vilnius.

Le mot « Užupis » signifie « au-delà de la rivière ». La rivière Vilnia, appelée le plus souvent Vilnelė (la petite Vilnia), est une partie indissociable d’Užupis. Ce n’est pas étonnant que le deuxième symbole d’Užupis soit une petite sirène de bronze, aussi appelée la jeune fille d’Užupis. C’est une œuvre du sculpteur Romas Vilčiauskas. La petite sirène est assise sur une niche, dans un mur de la berge de la Vilnia. On dit que c’est elle qui attire à Užupis des personnes du monde entier. Ceux qui ne résistent pas à son charme restent à Užupis pour toujours.

En 2002, la sculpture d’un ange fut inaugurée sur la place centrale d’Užupis. Cet ange de bronze créé par le sculpteur Romas Vilčiauskas est aussi devenu le symbole d’Užupis.

Trois Croix

Sculpteur: Antanas Vivulskis. 1916. Kęstutis Šilgalis. 1989

Le Château Tordu se trouvait au XIVe siècle au sommet de la Colline des Trois Croix, autrefois appelée Colline Chauve. Les chevaliers teutoniques l’ont pris et brûlé en 1390. Selon la légende, trois croix en bois ont été érigées sur la colline en mémoire de franciscains tués autrefois. En 1916, des croix massives en béton ont été construites selon le projet de A. Vivulskis, les autorités soviétiques les ont fait exploser en 1950. En 1989, les Trois Croix (architecte H. Šilgalis) ont été de nouveau reconstruite.

L’église Sainte Anne

L’Église Sainte Anne est un chef-d’œuvre du gothique tardif. L’architecte de l’église ainsi que l’époque de sa construction sont sujets à débats. Une légende populaire dit que Napoléon Bonaparte, émerveillé par cette gracieuse église, eut envie de l’emmener à Paris sur la paume de sa main. Malheureusement, la vérité est moins romantique : quand l’armée de Napoléon est passée par la Lituanie, cette église fut mise à la disposition de la cavalerie française.

Napoléon dans la lettre à sa femme nota cependant que « Vilnius est une très belle ville »…À côté de l’église, se dresse un clocher construit au XIXe siècle dans un style gothique.

Horaires de l’église : mai-septembre du lundi au dimanche 11h00-19h00, octobre-avril 17h00-19h00

Horaires des messes en lituanien : du lundi au samedi 18h00, dimanche 9h00 et 11h00

Le Palais des Souverains du Grand-duché de Lituanie

À cet endroit historique se trouvait déjà un site habité en bois aux IVe-VIIIe siècles. Les premiers bâtiments en maçonnerie ont été construits dans la seconde moitié du XIIIe siècle. Au XIVe siècle, il est un des édifices les plus importants du grand territoire du Château inférieur de Vilnius, entouré d’un mur en maçonnerie. Presque tous les souverains lituaniens y ont résidé dès les premières années de règne de la dynastie des Gediminaitis. Il était au début en style gothique, puis la résidence officielle des grands-ducs lituaniens est devenue un palais confortable de style Renaissance.

Il a acquis les caractéristiques du baroque précoce dans la première moitié du XVIIe siècle. A cette époque, Vilnius était connue comme un des centre les plus importants d’Europe centrale et orientale. Le palais a été saccagé par les occupants au milieu du XVIIe siècle, puis totalement détruit à la fin du XVIIe siècle et au début du XIXe siècle.

En 2000, le Seimas (Parlement) de la République de Lituanie a adopté une loi sur la reconstruction et la mission du Palais des Souverains. Les travaux ont commencé deux ans plus tard. Il est prévu d’ouvrir au public avant début 2013 deux des quatre parties du Palais des Souverains, et le Musée national – Palais des Souverains du Grand–duché de Lituanie, créé en 2009, s’y installera.

Au Palais des grands-ducs de Lituanie – Musée national, vous pouvez voir deux expositions permanentes reflétant les fonctions de la résidence historique. De nombreux artefacts ainsi que les modèles de développement du palais, le matériel iconographique et commentaires textuels sont présentés à l’exposition de l’évolution historique et architecturale (route 1).

L’exposition des intérieurs historiques représentatifs du Palais reconstruits (route II) amènera des visiteurs dans les chambres représentatives avec des intérieurs restaurés de style gothique tardif, renaissance et début de baroque, ainsi que dans la salle spéciale de trésors.

Jours fériés nationaux en Lituanie

Ghetto Grand et le Petit

Ces rues entraient dans le quartier juif médiéval qui se situait à l’ouest de la rue Didžioji et rejoignait les rues Dominikonų et Vokiečių. Pendant la Seconde guerre mondiale, il y a eu brièvement ici ce qu’on a appelé le Petit ghetto juif (rues Stiklių, Gaono, Antokolskio et Žydų), où vivaient environ 11 000-12 000 personnes, en majorité des intellectuels, des travailleurs et des personnes inaptes au travail. Le Petit ghetto a existé jusqu’en 1941.

Dans la rue Žydų se profilait la grande synagogue (disparue), où pouvaient tenir environ 3 000-5 000 fidèles et où étaient conservés 18 rouleaux de la Torah. À côté, se trouvaient la maison de prière du Gaon, la célèbre bibliothèque de Strašūnas et les autres bâtiments à usage religieux de la cour de la synagogue. Le pouvoir soviétique a fini la destruction de tout cela.

Aujourd’hui,  à la place de la Grande Synagogue il y a un jardin d’enfants, et une statue du Gaon est à côté, à l’endroit où se trouvait sa maison. Les ruelles étroites et sinueuses avec des arcades transversales ont conservé leur visage premier. En premier lieu, les maisons des rues Stiklių et Gaono ont un peu conservé leur architecture ancienne ou ont été restaurées.

Le Grand ghetto de Vilnius a existé du 6 septembre 1941 au 23 septembre 1943 (rues Lydos, Rūdninkų, Mėsinių, Ašmenos, Žemaitijos, Dysnos, Šiaulių, Ligoninės). Dans le Grand ghetto se trouvaient environ 29 000 juifs, dont une grande partie a été tué à Paneriai.

Le N° 28 de la rue Rūdninkų est l’emplacement de la porte principal du Grand ghetto, signalé par une plaque commémorative avec le plan du ghetto. Le quartier centre les rues Ašmenos, Dysnos et Mėsinių est le premier quartier du Vilnius historique reconstruit, là se trouve le Centre culturel et d’information juif. La rue Žemaitijos a porté le nom entre 1921 et 1951 de M. Strašūn. La bibliothèque judaïque la plus grande en Europe (1892) a été rassemblée par Matitjach Strašūn. La bibliothèque a été détruite en même temps que la Grande synagogue. Après le rétablissement de l’indépendance de la Lituanie, le jour de la liquidation du Grand ghetto de Vilnius (23 septembre) a été proclamé Journée du génocide juif.

L’Hôtel de ville de Vilnius

En 1387, la Lituanie devint un État chrétien et Vilnius obtint les droits de Magdeburg. Il y avait alors un besoin de construire un siège pour le pouvoir de la ville. Comme c’était la place principale de la ville, il fut décidé de construire ici l’Hôtel de ville. Le bâtiment abritait le magistrat, ou encore le Conseil municipal, les salles du tribunal, le Trésor, des archives, des entrepôts d’armes et de munitions et des locaux pour les étalons des poids et mesures. Une prison fut aménagée au sous-sol.

Le bâtiment de l’Hôtel de ville était tout d’abord gothique, puis son apparence changea. L’Hôtel de ville fut reconstruit pour la dernière fois à la fin du XVIIIe siècle par l’architecte Laurynas Stuoka-Gucevičius. L’Hôtel de ville prit alors son aspect classique. Au XIXe siècle, il fut transformé en théâtre où, d’ailleurs, une autre personnalité célèbre, le compositeur polonais Stanisław Moniuszko, dirigea pour la première de son opéra. Probablement seul Fréderic Chopin est plus célèbre que Moniuszko parmi les compositeurs polonais.

Au XXe siècle, l’Hôtel de ville abritait le musée des Beaux-Arts. Aujourd’hui, c’est un bâtiment officiel. Chaque année, l’Hôtel de ville accueille de nombreuses manifestations variées : concerts, soirées littéraires, présentations de livres, expositions et festivals. Le blason de la ville de Vilnius – Saint Christophe, portant l’enfant Jésus sur ses épaules – orne le fronton de l’Hôtel de ville.

Le Palais Présidentiel

Le Palais Présidentiel est tout simplement appelé la Présidence. Le Palais se trouve dans la place Simono Daukanto (Simonas Daukantas, premier élève de l’Université de Vilnius, a écrit au XIXe siècle la première histoire de la Lituanie en lituanien).

De quelque côté que vous arriviez en direction de la place Daukanto, la rue étroite s’élargit tout d’un coup sur une place où dominent des bâtiments classiques de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle. Ce sont des anciennes maisons de nobles et l’actuel Palais Présidentiel. Les petites tours baroques qui s’élèvent au dessus des toits animent une place majestueuse.

Quelques mots sur le bâtiment du Palais Présidentiel : dès le XVIe siècle, ce palais abritait la résidence épiscopale de Vilnius. Au XVIIIe siècle, quand la Lituanie fut occupée et rattachée à l’empire russe, le palais devint le siège du gouverneur général de Vilnius. Le palais a accueilli de grandes personnalités comme le tsar russe Alexandre Ier, le roi français Louis XVIII, l’empereur Napoléon Bonaparte, Josef Pilsudski, maréchal et personnalité politique de la Pologne.

Le palais fut restauré en 1997. C’est ici que travaille le Président et sa chancellerie, et sont accueillis les chefs des autres États. Le drapeau du Président lituanien qui flotte au dessus du Palais est baissé quand le Président part du pays. Devant le palais, trois drapeaux nationaux sont levés, dont deux peuvent être remplacés par les drapeaux nationaux des pays des hôtes étrangers.

La cérémonie de levée des drapeaux a lieu chaque dimanche à midi (5-10 min.). Des soldats de la Garde d’honneur de l’armée lituanienne y participent avec des uniformes de parade modernes, mais aussi des armures médiévales. Vêtus d’une copie d’uniformes de la garde du Palais des Souverains de l’époque d’Algirdas au XIVe siècle, les soldats portent la nouvelle sur le fait que l’armée lituanienne d’aujourd’hui est la gardienne de la respectable histoire de son pays, une part de l’histoire millénaire du pays. Plus d’informations sur le site www.president.lt

La Rue Pilies

La rue Pilies est la plus vieille et la plus luxueuse rue de la vieille ville de Vilnius. Cette rue se forma dans un endroit où la route menait du château de Vilnius vers le sud, c’est-à-dire vers la Pologne et la Russie. C’est la route principale qui menait au château et des embranchements de cette route se transformèrent avec le temps en rues latérales. Le nom de cette rue est déjà mentionné dans des sources historiques en 1530. Des rois, des légats du Saint-Siège et des ambassadeurs des autres pays se dirigeaient par cette rue vers le château. Des nobles et de riches citadins firent construire leurs maisons dans cette rue. À côté de la rue Pilies, tout un quartier fut occupé par l’Université de Vilnius et ses professeurs y habitèrent. À la fin du XVIIIe siècle, le jardin botanique de l’Université de Vilnius fut installé dans une de ses cours. Des processions religieuses défilaient dans cette rue. Dans les plus larges endroits de la rue s’installèrent des marchés : le grand marché à côté de l’Hôtel de Ville et le marché aux poissons situé à côté de l’église orthodoxe de sainte Parascève. La rue Pilies attire par sa diversité architecturale : les maisons n° 12 et n° 14 sont de style gothiques, le bâtiment n° 4 est une maison capitulaire de style Renaissance, le fronton de l’église des Saints Jeans est baroque. De la rue Pilies s’ouvre une belle vue sur la tour de Gediminas.

Musée national de Lituanie

L’histoire de la Lituanie se reflète dans les objets authentiques de l’exposition du musée, on y présente aussi la culture traditionnelle et les coutumes lituaniennes. Non loin se trouve l’Ancien arsenal. Un funiculaire part de la cour fermée de ce musée sur la colline de Gediminas.

Près du musée, il y a la statue de Mindaugas. Mindaugas est le premier grand-duc de toute la Lituanie ainsi que le premier et le seul roi lituanien. Il a été couronné en 253. Mindaugas a réuni les terres lituaniennes dans un État unifié et il a gagné une reconnaissance internationale pour la Lituanie.

La statue du roi Mindaugas en face du Musée national de Lituanie a été dévoilée le 6 juillet 2003 pour la commémoration du 750e anniversaire du couronnement de Mindaugas. L’auteur est le sculpteur Regimantas Midvikis. Le socle de la statue est entouré de symboles de l’ancien calendrier balte qui se retrouvent aussi dans les anciens écrits.

Jours fériés nationaux en Lituanie

Galerie-musée de l’ambre

Dans cette galérie – musée d‘ambre jaune, une collection unique des inclus est exoposée ainse que le déroulement de la formation de l‘ambre jaune baltique est présenté d‘une manière contemporaine et attrayante. Un artiste professionnel montre le processus de traitement de l‘ambre jaune. Les visiteurs sont informés sur les qualités les plus importantes de l‘ambre jaune et son rôle dans les cérémonies anciennes des païennes.

La Porte de l’Aurore

La Porte de l’Aurore est un des symboles de Vilnius, mentionnée pour la première fois en 1514.

Aujourd’hui, la Porte de l’Aurore évoque pour la plupart des personnes un sanctuaire. Cependant, il y a quelques siècles, ayant entendu ce nom, les Vilnois auraient pensé d’abord aux remparts de la ville. Sur les dix portes autrefois aménagées dans les remparts, la Porte de l’Aurore est la seule qui ait survécu. Des meurtrières bien visibles aujourd’hui encore dans la partie extérieure de la porte rappellent la fonction défensive de cette construction.

Cette porte a d’abord été appelée la Porte de Medininkai car elle fut construite sur la route qui menait à Medininkai. Il est possible que son nom actuel vienne du nom « la Porte Aigue » (en lituanien, les mots « aurore » et « aigue » ont une prononciation semblable) car elle se trouve en périphérie près du lieu-dit de l’Aigue. Selon une autre version sur l’origine du nom, la porte se trouve dans la partie orientale où se lève l’aurore. De plus, la Vierge Marie était appelée « Étoile de l’Aurore ». C’est peut-être de là que vient le nom de la Porte de l’Aurore.

Au XVIIe siècle, une chapelle en bois fut construite à côté de la Porte de l’Aurore et l’icône miraculeuse de la Vierge Marie y fut placée. Après un incendie, une chapelle en maçonnerie fut érigée. Son aspect actuel en style classique tardif fait suite à une reconstruction du XIXe siècle.

L’icône miraculeuse de la Sainte Vierge, Mère de Miséricorde, qui se trouve dans la chapelle de la Porte de l’Aurore, est l’un des plus célèbres ouvrages de peinture Renaissance en Lituanie. Elle est aussi appelée Madone de la Porte de l’Aurore ou Madone de Vilnius. L’icône fut peinte spécialement pour cette chapelle au XVIIe siècle, suivant l’exemple du peintre néerlandais Martin de Voss. L’icône fut célébrée et considérée comme miraculeuse par les catholiques, les orthodoxes et les uniates (c’est-à-dire les catholiques de rite grec). Cette icône est célèbre dans le monde entier, ses copies sont installées dans des églises de plusieurs pays.

L’Archi-cathédrale basilique

L’Archi-cathédrale basilique de Saint Stanislas et de Saint Ladislas est le principal sanctuaire catholique du pays, le lieu des fêtes populaires et celles de l’État. Le statut de basilique fut attribué à l’Archi-cathédrale en 1922. Le mot « basilique » signifie « royal ». C’est le plus haut titre d’église que le pape confère aux sanctuaires privilégiés. Les souterrains de l’archi-cathédrale étaient le lieu du repos éternel des personnalités célèbres du Grand-duché de Lituanie : nobles, évêques, princes. Dans le mausolée royal, sous la chapelle de Saint Casimir, repose le grand-duc de Lituanie et roi de Pologne Alexandre. C’est le seul souverain polono-lituanien enterré à Vilnius.

Vytautas le Grand, petit-fils de Gediminas et souverain lituanien le plus puissant, ainsi que sa femme Ona y reposent aussi. Deux reines, femmes de Zygmunt Auguste, Élisabeth Habsbourg et Barbara Radziwill, appelée parfois la plus belle femme de l’Europe de son temps, furent enterrés aussi dans les souterrains de l’archi-cathédrale. Ses murs ont aussi abrité une urne avec le cœur du roi Ladislas Vasa.

Dans les souterrains, on peut voir les plus vieux murs des sanctuaires des XIIIe-XVe siècles ainsi que la plus vieille fresque lituanienne qui date du XIVe siècle.

Galeries d’art
Ateliers d’artisanat d’art
Panoramas
Parcs
Monuments
Musée de l’Héritage ecclésiastique

Église Saint Michel Archange

Le musée se trouve dans l’église St Michel de Vilnius et les bâtiments de l’ancien monastère, situé en face des églises Ste Anne et St François d’Assise. L’exposition présente l’héritage ecclésiastique : œuvres d’art, objets liturgiques, documents historiques et livres. Aménagée dans l’église, l’exposition montre des objets de grande valeur en provenance des sanctuaires de la ville de Vilnius : la Cathédrale, l’église des Apôtres St Pierre et St Paul, l’église St Nicolas et l’église Ste Thérèse. Le cœur de l’exposition ce sont les ostensoirs et les reliquaires du trésor de la Cathédrale de Vilnius : des témoins éloquents des traditions religieuses et des chefs-d’œuvre d’orfèvrerie.

Jours fériés nationaux en Lituanie

Lieux à visiter