Siekdami užtikrinti efektyvesnį interneto svetainės veikimą, naudojame slapukus. Tęsdami naršymą interneto svetainėje sutinkate, kad Jūsų kompiuteryje būtų įrašomi slapukai.

La Porte de l’Aurore

+370 5 212 3513
Aušros Vartų g. 12

I-VII 6.00 – 19.00

La Porte de l’Aurore

La Porte de l’Aurore est un des symboles de Vilnius, mentionnée pour la première fois en 1514.

Aujourd’hui, la Porte de l’Aurore évoque pour la plupart des personnes un sanctuaire. Cependant, il y a quelques siècles, ayant entendu ce nom, les Vilnois auraient pensé d’abord aux remparts de la ville. Sur les dix portes autrefois aménagées dans les remparts, la Porte de l’Aurore est la seule qui ait survécu. Des meurtrières bien visibles aujourd’hui encore dans la partie extérieure de la porte rappellent la fonction défensive de cette construction.

Cette porte a d’abord été appelée la Porte de Medininkai car elle fut construite sur la route qui menait à Medininkai. Il est possible que son nom actuel vienne du nom « la Porte Aigue » (en lituanien, les mots « aurore » et « aigue » ont une prononciation semblable) car elle se trouve en périphérie près du lieu-dit de l’Aigue. Selon une autre version sur l’origine du nom, la porte se trouve dans la partie orientale où se lève l’aurore. De plus, la Vierge Marie était appelée « Étoile de l’Aurore ». C’est peut-être de là que vient le nom de la Porte de l’Aurore.

Au XVIIe siècle, une chapelle en bois fut construite à côté de la Porte de l’Aurore et l’icône miraculeuse de la Vierge Marie y fut placée. Après un incendie, une chapelle en maçonnerie fut érigée. Son aspect actuel en style classique tardif fait suite à une reconstruction du XIXe siècle.

L’icône miraculeuse de la Sainte Vierge, Mère de Miséricorde, qui se trouve dans la chapelle de la Porte de l’Aurore, est l’un des plus célèbres ouvrages de peinture Renaissance en Lituanie. Elle est aussi appelée Madone de la Porte de l’Aurore ou Madone de Vilnius. L’icône fut peinte spécialement pour cette chapelle au XVIIe siècle, suivant l’exemple du peintre néerlandais Martin de Voss. L’icône fut célébrée et considérée comme miraculeuse par les catholiques, les orthodoxes et les uniates (c’est-à-dire les catholiques de rite grec). Cette icône est célèbre dans le monde entier, ses copies sont installées dans des églises de plusieurs pays.